Togo/Fête de l’indépendance : Gilchrist Olympio sort de son silence


Le 27 avril, le Togo célèbre son 56ème anniversaire d’indépendance. A l’occasion de cette célébration, Dr Gilchrist Sylvanus Olympio, Président national de l’Union des Forces du Changement (UFC) a adressé, à travers une conférence de
 
gilchrist02juillet2013


presse, un message au peuple togolais. Il s’agit d’un long discours de six (6) pages dans lequel, Gilchrist salue non seulement la mémoire des pères de l’indépendance mais aussi se prononce sur des grands sujets de l’actualité entre autres les questions de la décentralisation, des reformes constitutionnelles et institutionnelles, de l’accord UFC-UNIR.
 
Pour ce 56ème anniversaire d’indépendance du Togo, Gilchrist Olympio appelle les générations présentes et futures à entretenir la flamme de la souveraineté qui a libéré le pays du joug de l’oppresseur et qui lui permet de prendre en main sa destinée.
 
« L’indépendance de notre pays marque un pas décisif vers le développement et l’épanouissement des citoyens. Il faut se mettre encore plus au travail pour relever les nombreux défis qui attendent notre jeune nation. Nous avons les ressources nécessaires pour le faire en commençant par notre jeunesse pleine d’énergies et de talents. Nous devons conjuguer nos efforts pour aller au-delà de nos querelles politiques et diverses pour développer notre pays. Le monde entier nous observe », a-t-il déclaré.
 
Parlant de l’épineuse question de la décentralisation, le Président national de l’UFC a indiqué que le gouvernement, les acteurs politiques et la société civile doivent effectivement jouer leur rôle, chacun en ce qui le concerne pour que le pays aille à la décentralisation. « Le citoyen à la base doit pouvoir participer directement ou indirectement à la gestion de la cité. La décentralisation fait partie d’ailleurs des exigences de la démocratie. La bonne gouvernance implique la participation de la population à la gestion de la cité», a-t-il affirmé avant de demander d’aller à ces élections « dans un meilleur délai et si possible avant les élections législatives prochaines ».
 
En ce qui concerne les reformes institutionnelles et constitutionnelles, pour Gilchrist Olympio, ces reformes doivent être opérées et il ne faut pas attendre la veille des élections pour commencer par en parler. Selon lui, les discussions en vue des réformes doivent être amorcées dès maintenant.
 
S’agissant de l’accord UFC- UNIR, l’UFC pense que cet accord a participé à la décrispation politique du Togo et a eu des répercussions positives sur la vie du pays. « Nous ne regrettons pas d’avoir signé cet accord au contraire nous devons travailler à corriger ou rectifier ce qui n’a pas marché suite à cet accord », a fait savoir Gilchrist Olympio.
 
Au cours de la rencontre, le Président de l’UFC a également abordé la question de l’alternance au Togo, du vote de la diaspora, de l’élection au Bénin, de la pauvreté, de l’Etat de droit, de la liberté de presse, de la problématique de l’emploi des jeunes et la polémique autour du chef de fil de l’opposition.
 
Hélène Doubidji
 
source : togotopnews
 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils