Trafic de carburant : La mise en garde du ministre Yark aux « grossistes »


yark_600


Le ton est martial et l’engagement solennel. « Ni la gravité ni la récurrence des incidents dont sont victimes les forces de sécurité ne les feront pas reculer dans l’exercice de leurs missions », promet le ministre de la Sécurité et de la protection Civile le Colonel Yark Damehane.
 
Le message est adressé aux trafiquants des produits pétroliers contre qui, l’état mène une lutte farouche afin de mettre fin à leur activité considérée comme « illicite ». Dans un communiqué rendu public et dont Afreepress a obtenu copie, le ministre explique les difficultés des forces de l’ordre de l’opération « Entonnoir », une opération spécialement destinée à lutter contre ce trafic.
 
« Dans la nuit du 13 au 14 décembre 2016, un véhicule des forces de l’ordre et de sécurité poursuivant un convoi de trafiquants de produits pétroliers a été victime d’un grave accident ayant occasionné des blessés et d’importants dégâts matériels au préjudice des forces de l’ordre. Ce mercredi 4 janvier, un véhicule de police transportant des produits pétroliers saisis auprès des trafiquants a été entièrement consumé suite à un incendie qui s’est déclenché à l’occasion de l’opération », informe le ministre qui réitère l’engagement et la détermination des forces de l’ordre à « éradiquer le trafic illicite des produits pétrolier ».
 
Il profite de l’occasion pour mettre en garde les « auteurs de cette dangereuse activité, notamment les grossistes » et promet des mesures plus « énergiques » pour les « traquer » et les mettre hors d’état de nuire.
 
Selon les chiffres du gouvernement, le trafic de carburant de contrebande fait perdre à l’Etat plusieurs milliards de F CFA par an. En 2013, les recettes générées par les produits pétroliers à la Pompe à l’économie nationale sont estimées à plus de 4,5 milliards FCFA par mois. Mais à cause du trafic illicite des produits pétroliers, l’Office togolais des recettes (Otr) n’est arrivé à engranger que 2 milliards en février 2015, confiait à l’époque à la presse, le Commissaire Général, Henry Gapéry. L’Etat de son côté a déclaré avoir enregistré une perte sèche de ses recettes de l’ordre de 67% en 2014.
 
A.Y.
 
source : afreepress