Tragédie au Ghana : au moins 150 morts dans l’incendie d’une station-service

0
340

drame_accra


C’est une véritable tragédie nationale. Au moins 150 personnes ont péri à Accra, la capitale, dans l’incendie mercredi soir d’une station-service. Les victimes étaient venues s’abriter de pluies diluviennes. Un bilan provisoire, les autorités étant toujours en train d’effectuer le décompte macabre.
 
Des pertes humaines qualifiées de “catastrophiques” par le président du Ghana, qui a annoncé trois jours de deuil national. “De nombreuses personnes ont perdu la vie et je ne trouve pas mes mots”, a ainsi déclaré John Dramani Maham, très ému alors qu’il s’était rendu sur place un peu plus tôt. Il n’avait alors pu que constater l’ampleur du désastre : des dizaines de motos et de véhicules calcinés, des corps jonchant le sol.
 
“Urgence nationale”
 
La majorité des victimes s’étaient réfugiées dans la station-service pour s’abriter de pluies torrentielles à l’origine d’importantes inondations dans la ville ces derniers jours. L’incendie se serait déclenché dans une résidence à proximité avant de gagner les pompes à essence, qui ont explosé. Les égouts et la chaussée longeant la station de la Ghana Oil Company (GOIL) étaient alors entièrement inondés. Les passants avaient de l’eau jusqu’aux genoux et une partie des victimes seraient ainsi mortes noyées en tentant de s’enfuir au moment de l’explosion, selon plusieurs témoins.
 
Le ministre de la Communication Edward Omane Boamah, qui a Ă©voquĂ© une situation d’”urgence nationale”, a indiquĂ© que l’armĂ©e, la police, les pompiers et l’agence nationale de secours Ă©taient dĂ©ployĂ©s pour venir en aide aux victimes. Les opĂ©rations de secours devraient se poursuivre jusqu’au week-end. A partir de lundi, trois jours de deuil national seront observĂ©s.
 
Le Ghana, pays voisin entretient des relations très proches avec le Togo, au niveau des populations. Les mêmes familles vivent de part et d’autre de la frontière. L’événement intervenu à Accra suscite un grand émoi au sein de la population au Togo où des témoignages de solidarité et de compassion sont exprimés ça et là.
 
source : Le Temps
 

Laisser un commentaire