Accueil SOCIÉTÉ EDUCATION UL : Le SNES du Pr Batchana ne trouve pas de raison...

UL : Le SNES du Pr Batchana ne trouve pas de raison d’aller en grève

- Advertisement -

Pr Essohanam Batchana, secrétaire général du SNES


Le Syndicat national des enseignants du supérieur (SNES) se désolidarise du mot d’ordre de grève de 6 jours qui plane sur l’Université de Lomé (UL) à partir de ce lundi. Selon Pr Esohanam Batchana, secrétaire général du SNES, ceux qui appellent à cette grève ne respectent pas les textes en vigueur.
Tout en reconnaissant que l’article 39 de la Constitution garantit la liberté de grève à chaque travailleur, le responsable syndical a estimé que selon le statut de la fonction publique et les textes qui régissent les universités, ne peut appeler à une grève qu’une organisation syndicale légalement constituée. En l’espèce, ce n’est pas le cas, selon lui.
La 2ème raison qu’il évoque est que ceux qui appellent à cette grève n’ont pas déposé de préavis de grève comme le prévoient les textes. « Nous sommes des enseignants du supérieur, nous devons donner un bel exemple à ceux que nous formons », a-t-il déclaré.
Sur la question de l’intervention du Service de renseignements et d’investigation (SRI) dans les affaires de la Faculté des sciences de la santé (FSS) à l’Université de Lomé, le professeur Batchana ne donne pas aussi raison à ses collègues qui appellent à la grève.
« Ce qu’il s’est passé en mars dernier, personne ne peut s’en réjouir, on doit le condamner. Ce qui est arrivé à notre collègue, nous le condamnons avec la dernière vigueur. Mais une fois l’émotion passée, posons-nous les vraies questions pour obtenir les bonnes réponses. Dans le principe, il n’est pas interdit au SRI d’intervenir parce que les franchises universitaires ne sont pas au-delà des lois constitutionnelles. Sur la question, la procédure n’est pas allée à terme », a-t-il indiqué.
Pour cet enseignant, même sur la question des conditions de vie et de travail, les enseignants, selon lui, ont obtenu ce qu’ils doivent obtenir. Par rapport à l’application de l’accord de 2011, souligne-t-il, les conditions sont remplies à 85% par rapport aux salaires de base et à 75% par rapport aux indemnités.
« Le 23 mai dernier, à l’issue des discussions avec le gouvernement par l’intermédiaire du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, la confirmation a été faite aux syndicats que les 15% et 25% qui équivalent à 1,166 milliards de francs CFA ont été effectivement intégrés au budget des universités au titre du collectif budgétaire », note-t-il ajoutant que sur cette question, il n’y a pas non plus de raison de rentrer en grève.
Selon lui, la question des retraites à la Caisse de retraite du Togo (CRT) et des cotisations à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) sont en passe de trouver des réponses adéquates.
 
Global actu / http://globalactu.com/index.php/education/item/1371-ul-le-snes-du-pr-batchana-ne-trouve-pas-de-raison-d-aller-en-greve
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

6 + 1 =

LES + LUS

Togo, Casier judiciaire : Ces nouvelles dispositions qui agacent

Rien ne se fait plus de la même manière qu’avant à la justice de Lomé, lorsqu’il faut...

Mercredi noir au Village du Bénin : Martin Gbenouga ou l’astre de la négation

Martin Gbenouga Les habitudes ont la vie dure. L’inénarrable Directeur du Centre International de Recherche et d’Etude de...

Togo, Delato Agbokpè au cœur de la pagaille : Yark interpellé pour arrêter le permis de «tuer»

Delato Agbokpè Plus les années Gnassingbé passent, plus la gouvernance fiction se développe et dépasse par endroits le...

Election du maire dans le Yoto 3 : quand Agbéyomé et son MPDD versent dans la délation

Depuis ce jeudi 13 septembre 2019, l’élection du maire et ses adjoints notamment dans la commune de...