Politique : UNIR (au pouvoir) dans les rues les 29, 30 et 31 août


photo archive

Les militants et sympathisants de l’Union pour la République (UNIR, parti au pouvoir) descendront dans les rues de Lomé les 29, 30 et 31 août pour apporter leur soutien au chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, dans le processus de réformes politique, ont annoncé les cadres de cette formation politique à l’issue de quelques heures de conclave.

 

La rencontre à laquelle ont pris part des délégués venus de toutes les préfectures du pays, s’est déroulée à Radisson Blu. Les débats ont été dirigés par le premier vice-président de UNIR Georges Aïdam. Il avait à ses côtés, d’autres barons de ce parti dont Foli Bazi-Katari et Gilbert Bawara.

 

« Nous appelons l’ensemble de la population à se mobiliser les 29, 30 et 31 août, afin que nous puissions réaffirmer notre attachement à la démocratie et à l’état de droit, aux valeurs de fraternité et de tolérance », a annoncé à la fin de cette rencontre, M.Bawara devant des micros et cameras des journalistes.

 

« Nous sommes tous des togolais, nous devons vivre dans la cohésion et nous devons nous respecter », a-t-il martelé.

 

« Nous sommes les premiers artisans des réformes. Nous allons continuer à œuvrer dans le dialogue et la concertation avec l’opposition pour que les réformes se fassent », a-t-il ajouté.

 

Cette marche annoncée par le parti au pouvoir est une réponse à deux jours de manifestation, décrétés par le Combat pour l’alternance politique (CAP 2015), le Parti national panafricain (PNP) et le Groupe des Six les 30 et 31 août pour exiger notamment les réformes politiques et le vote des togolais de la diaspora.

 

Par ailleurs, CAP 2015 et le PNP appellent à une journée de « recueillement et de prières » décrétée par le Combat pour l’alternance politique (CAP 2015) et le Parti national panafricain (PNP) en « hommage » aux victimes des manifestations du 19 août.

 

Le gouvernement a de son côté, a invité la population à « vaquer librement et paisiblement à ses occupations ».

 

« L’administration et les services publics fonctionneront normalement. Les activités économiques et commerciales se dérouleront également comme d’habitude », souligne le communiqué rendu public.

 

Précisons que les manifestations de samedi dernier ont fait deux morts à Sokodé, dont un par balle, selon un bilan officiel. Au total 57 forces de l’ordre ont été blessées.

 

Du côté des manifestants, 20 blessés ont été enregistrés, ainsi que des dégâts matériels, selon le bilan officiel. Soixante six personnes sont placées sous mandat de dépôt. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 
source : savoir news