Togo : Prix des Produits pétroliers inchangés à la pompe, malgré la chute du prix du brut. Implacable arnaque?


pompeaessence
Le gouvernement togolais ne réduit pas les prix des produits pétroliers, malgré une tendance à la baisse du prix du brut sur les marchés internationaux | Archives


C’est en catimini que les autorités togolaises avaient réveillé en janvier dernier leurs compatriotes avec une nouvelle hausse des prix des produits pétroliers, arguant que les coûts ne cessent d’augmenter sur le marché mondial. Mais depuis quatre mois que les prix baissent sur le même marché et de façon graduelle, elles n’ont pas daigné les réajuster. Une escroquerie qui ne dit pas son nom.
En janvier dernier, sans concertation comme il était établi, le gouvernement a décidé unilatéralement d’augmenter les prix des produits pétroliers en prétextant que le prix mondial a flambé. De 595 F CFA, le super plomb est passé à 655, soit une augmentation de 10% pour ne donner que cet exemple. Malgré les protestations, l’Exécutif n’est pas revenu sur sa décision. Aujourd’hui que sur le marché mondial, on assiste à une baisse sensible, le même gouvernement est devenu subitement muet et continue d’escroquer les Togolais par les bénéfices qui en découlent.
 
Selon les experts, deux facteurs font qu’aujourd’hui le prix mondial du baril de pétrole a considérablement baissé, faisant craindre même certains. Notamment « la tentative des pays qui forment le BRICS de ne plus vendre d’hydrocarbures en dollars mais en monnaies nationales, et la guerre conduite par la Coalition états-unienne contre l’Émirat islamique qui, sous prétexte de lutte contre le terrorisme, est un moyen de détruire des installations pétrolières en Irak et en Syrie ». Vient s’ajouter ensuite l’exploitation du gaz de schiste par les Américains et les Chinois.
 
Le site prixdubaril écrivait qu’à Londres, « les prix du pétrole poursuivaient leur chute jeudi en cours d’échanges européens, entraînés par la dégringolade des marchés d’action et plombés par la perspective d’une hausse des stocks de brut américains, dans un marché où les fondamentaux restent très baissiers ». Toute chose qui montre que la tendance générale est à la baisse. Sauf au Togo, un pays atypique.
 
Ici, les autorités maintiennent toujours les prix de janvier dernier. « Depuis l’instauration d’une assiette des prix en janvier qui a fixé le prix à la pompe à 655 FCFA, plus rien n’a évolué sur ce plan alors que le baril ne fait que baisser à l’international. Et quand on se rappelle que c’est lorsque le prix du Brent était à 110,70 dollars que les autorités togolaises avaient augmenté de plus de 10% le prix à la pompe, il serait suicidaire qu’à la date du 14 octobre où le Brent est descendu à 85,04 dollars, soit une baisse de plus de 25 dollars, on refuse d’ajuster le prix à la pompe selon la tendance générale », s’offusque le confrère Liberté. Si on sait que dans le mécanisme de fixation des prix, le Togo a une manière curieuse d’imposer à sa guise des taxes sur des produits pétroliers déjà imposés, ce sont plusieurs milliards de FCFA des contribuables qui sont détournés vers des destinations inconnues.
 
Chose aussi curieuse, le silence des syndicats et des associations de défense des droits des consommateurs. Ou bien ne savent-ils pas que le prix à l’international a baissé et qu’hier seulement, on a encore enregistré des chutes ? Où sont les membres de la fameuse Commission Vérité des prix au sein du ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur privé ?
 
Source : [17/10/2014] Fabrice KA, L’Alternative-togo
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils