Affaire Ecobank-Tanoh / ETI rejette la décision du Tribunal Togolais du travail

image_pdfimage_print

ecobank_crise


Togo – Le tribunal commercial d’Abidjan et le tribunal du travail du Togo ont condamné à de lourdes sommes, le Groupe Ecobank à payer à l’ex DG, Thierry Tanoh. Le Groupe s’y oppose.
 
Dans le litige opposant la banque panafricaine Ecobank à son ancien Directeur Thierry Tanoh. A la suite du Tribunal Commercial d’Abidjan qui avait condamné le groupe Ecobank a payé 15 millions de Dollars US à son ancien employé, le Tribunal Togolais du Travail a également rendu un verdict sommant l’institution financière à lui payer 11,6 millions de dollars de dommage et intérêts. Ecobank Transnational Incorporated (ETI) la maison-mère du groupe Ecobank, vient via un communiqué en date du 04 février d’opposer un refus à l’exécution de cette sanction et maintient le licenciement de Thierry Tanoh.
 
La pilule a du mal à passer au niveau des dirigeants de l’Ecobank Transnational Incorporated (ETI). Accusés de licenciement abusif par son ancien directeur en poste à son siège de Lomé, ils se sont vus infligés des amendes astronomiques par des tribunaux d’Abidjan et de Lomé. La juridiction togolaise pour sa part, avait sanctionné Ecobank à hauteur de 11,6 millions de Dollars.
Une décision qui n’est pas du goût de la Direction d’Ecobank qui la juge « décevante » et « illégale ». Pour elle, le Tribunal du Travail de Lomé, n’a aucune compétence territoriale « à l’égard d’un litige né de l’exécution du contrat de Tanoh ». De plus, soutient-on à Ecobank, l’ancien Directeur Général, savait pertinemment qu’il était régi par la loi britannique et ne pouvait en aucun cas porter plainte devant les juridictions de Lomé et d’Abidjan. On lit donc dans le communiqué que « Le contrat stipule expressément que tous différends seront tranchés à Londres par voie arbitrale par un arbitre désigné par le président de la Chambre arbitrale internationale de Paris ».
 
Cette manière de procéder de Thierry Tanoh relève de l’ « escroquerie » selon les dirigeants d’ETI. « Tanoh tente par tous moyens de droit d’extorquer à Ecobank des montants substantiels sur le fondement des réclamations qui seraient déclarées irrecevables par bon nombre de juridictions. » déclarent-ils. Par la même occasion ; ETI rejette également la décision du Tribunal Commercial Ivoirien qui avait aussi tranché en faveur de Thierry Tanoh en lui allouant une somme de 15 millions de Dollars. « Ecobank soutient fermement le bien-fondé́ de la décision de relever Tanoh de ses fonctions, et rejette la demande en paiement de sommes excessives allouées par les tribunaux du Togo et de Côte d’Ivoire. Son licenciement était parfaitement justifié » indique-t-on.
 
Réponse du berger à la bergère, le groupe Ecobank porte plainte à son tour contre Thierry Tanoh. Ce dernier aurait gardé avec lui des documents officiels appartenant à la banque et supprimé tous les fichiers électroniques des ordinateurs qu’il a utilisés pendant son passage à Ecobank.
 
Le bras de fer Ecobank-Thierry Tanoh est loin d’être fini.
 
T.B
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*