Après leur coup de force à l’Assemblée Nationale, les députés RPT/UNIR ânonnent sur le terrain

image_pdfimage_print

unir_13052014


« Agissez par conviction et vous n’aurez pas de peine à vous faire comprendre ». C’est en somme le conseil qui conviendrait au mieux aux députés de l’Union pour la République qui, par nécessité et contrainte ont récemment opéré un coup magistral contre le peuple togolais.
 
En refusant le mois dernier d’entériner le projet de réformes politiques préconisées par l’APG, les députés de l’embryonnaire parti de Faure Gnassingbé ont commis un irréparable forfait qui a commencé à jouer largement contre eux auprès des populations togolaises.
 
Il ne saurait d’ailleurs en être autrement dès lors qu’il est acquis, depuis longtemps, que l’ensemble du peuple togolais aspire profondément à une alternance politique au Togo après près de cinquante ans de règne sans partage de la famille Gnassingbé.
 
Quel citoyen doué de bon sens et de raison pouvait manquer de comprendre cet impératif politique et même moral qui s’impose à notre pays ?
 
Mais aussi lâches et fainéants qu’ils sont, les députés de la mouvance présidentielle ont décidé de se réduire en simples moutons de panurge dont le rôle est de valider mécaniquement tous les décideras du Prince et de sa bande de profiteurs.
 
Or justement, c’est encore à eux qu’il revient de s’expliquer auprès des populations chaque fois qu’ils posent un acte politique malsain dans l’unique but de sauver la peau à leur mentor.
 
Voilà pourquoi, le parti du Prince a encore précipité ses fameux députés sur le terrain pour dire à la population les raisons qui ont motivé le rejet du projet de loi sur les réformes politiques au Togo.
 
Imaginez toute la complexité de l’épreuve !!! Mais oui, sans honte ni scrupule, ces messieurs qui ont délibérément décidé d’anesthésier ou même d’éteindre carrément leur conscience pour se confondre en simples abrutis, se sont vus contraints de s’expliquer auprès des populations d’où ils sont supposés tirer leur titre d’élus du peuple.
 
La semaine dernière donc, beaucoup de ces députés étaient dans leurs circonscriptions électorales respectives pour se justifier devant leurs électeurs. Mais comment et par quel argumentaire pouvaient-ils passer un message qui puisse convaincre même le fou du village ?
 
La peine en réalité était d’avance perdue ! Mais que faire devant la galopante menace d’un vote-sanction contre Faure Gnassingbé lors de la prochaine élection présidentielle ? Que faire devant la grogne sociale et la révolte palpable qui pointe à l’horizon ?
 
Pour tout dire, Faure Gnassingbé et ses pantins de députés ont bien conscience que par leur refus des réformes, ils ont imposé de fait une intolérable impasse à l’ensemble du peuple togolais y compris leurs propres militants. Aujourd’hui, ils sont donc dans la logique d’amadouer à nouveau ce peuple pour tenter de l’endormir si possible afin de faire passer la pilule de leur forfait.
 
C’est dans cet esprit que le Prince a fait sa part avec l’armée en lui proposant une formule aléatoire de réformes et en s’activant, ces derniers temps, pour se rapprocher régulièrement de ces corps habillés qui, il faut le reconnaître, sont plus que jamais agacés et révoltés.
 
C’est aussi dans ce but que le vice-président de l’éternel bureau provisoire de UNIR, Georges Aïdam a abondamment inondé il y a quelques jours, les médias de ses puerils balbutiements pour couvrir le coup de force opéré par ses députés.
 
Mais l’épreuve la plus difficile est revenue aux députés eux-mêmes qui, en face de la population, sont bien obligés d’ânonner comme le feraient des bègues, sans jamais convaincre.
 
Tout le monde, même dans les villages les plus reculés, a su que c’est par mauvaise foi et par peur de perdre le fauteuil et ses privilèges que UNIR a renoncé aux réformes politiques.
 
Alors, que les députés viennent jeter l’anathème sur l’opposition qui aurait été trop intransigeante sur certains points des réformes, ne convainc personne. Au contraire, cela ne fait qu’augmenter le niveau de révolte et d’exaspération du peuple.
 
Et les députés qui ont fait cette aventure du terrain l’ont perçu à leurs dépens. Comme quoi, à force pour le pouvoir de se jouer constamment d’elles, les mentalités des togolais sont progressivement en train de s’ouvrir.
 
Les bévues quotidiennes que commettent les tenants de ce pouvoir sont bien en train d’accélérer la fermentation sociale. Qu’ils se tiennent alors prêts à subir l’imminente sentence de ce peuple abusé et révolté.
 
togoinfos
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*