Brouille au sein CAP 2015 : « Les ODDH ne se mêlent pas des problèmes politiques », avertit Patrick Lawson (Vice-président ANC)

image_pdfimage_print

Patrick-Lawson_500

Les Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) « ne se mêlent pas des problèmes politiques », a averti ce jeudi, Patrick Lawson, vice-président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC, principal parti de l’opposition).

 

Ce dernier réagit par rapport aux récentes sorties de certains responsables d’ODDH, suite à la décision des responsables de l’ANC de prendre part à la prochaine présidentielle, même si les réformes politiques ne sont pas opérées.

 

Les ODDH estiment avoir été flouées par les responsables de l’ANC notamment son président et candidat du Combat pour l’Alternance Politique (CAP 2015) qui auraient toujours soutenu qu’ils n’iraient pas à ce scrutin, si les réformes politiques ne sont pas opérées.

 

« Si d’autres ont d’autres objectifs qui les poussent à dire : +sans réformes, pas d’élection+, nous autres, nous ne l’avons jamais dit ainsi, parce que nous savons là où nous allons », a souligné Patrick Lawson sur Kanal Fm.

 

« Nous savons que sans les réformes, nous avons déjà gagné des élections dans ce pays, et c’est par manque d’organisation que nous avons été toujours trichés. Cette fois-ci, nous voudrions nous mobiliser, avec les populations, pour que ces élections ne nous soient plus volées. Mais, si nous constatons que les dés sont complètement pipés et que les populations, réellement ne veulent pas des élections, nous aviserons. Mais, à l’heure où je vous parle, ce n’est pas ce que nous ressentons », a-t-il précisé.

 

« Les populations nous demandent une chose : nous voudrions que cette fois-ci, que notre victoire nous revienne, on ne veut plus être volé. Si vous nous garantissez cela, nous voterons encore une fois pour vous pour que le changement puisse intervenir dans notre pays », a poursuivi Patrick Lawson, rappelant aux ODDH qu’elles ne doivent pas se mêler des questions politiques.

 

« Les ODDH ne se mêlent pas des problèmes politiques. Peut-être qu’il y a une évolution aujourd’hui, mais lorsque nous étions ensemble — et je crois que nous le sommes toujours — cela a été clair qu’elles ne doivent pas se mêler des problèmes politiques. Ce pour quoi elles se battent, ce sont les réformes, les droits de l’homme et bien d’autres choses. C’est pour cela que nous disons qu’il ne faut pas confondre les réformes proprement dites et les éléments constitutifs d’une transparence des éléments », a précisé le vice-président de l’ANC.

 

Mercredi après-midi, des responsables d’ODDH appuyés par certains partis de l’opposition étaient encore montés au créneau pour réaffirmer leur position.

 

« Nous affirmons et nous réaffirmons que les réformes sont indispensables avant toute élection au Togo. Nous estimons que tout le monde (la société civile, les partis politiques etc…) doit se mobiliser pour comprendre que ces réformes voulues par 85% des togolais doivent être faites. Nous voulons que ces 85% des togolais entrent en symbiose pour réclamer ces réformes », avait martelé Me Zeus Ajavon.

 

Selon lui, « aucun parti politique responsable et sérieux ne peut aller à ces élections dans la situation actuelle ». « Alors, nous allons passer par tous les moyens pour que ces élections n’aient pas lieu, s’il n’y a pas les réformes », a-t-il ajouté.

 

Rappelons qu’aucune date n’a encore été annoncée pour la tenue de ce scrutin présidentiel. Mais il pourra se tenir « à la mi-avril », a indiqué mardi à l’Agence savoir News, le ministre de l’administration territoriale Gilbert Bawara. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 
source : savoir news
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*