Le CST s’étonne de la résurgence de l’affaire des incendies des marchés

image_pdfimage_print

cst_conf_22mai2014

Les responsables du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) ont confirmé jeudi à Lomé au cours d’une conférence de presse leur invitation par un médecin psychiatre pour examen relatif à l’instruction de l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

Selon eux, c’est encore une intimidation du pouvoir en place au moment où commencent les discussions relatives aux réformes constitutionnelles et institutionnelles.

« Personnellement, cela ne me fait ni chaud, ni froid puisque nous savons que nous n’avons rien à nous reprocher. Faire resurgir cette affaire au moment où le dialogue politique a débuté, c’est très déplacé, je ne vois pas où le pouvoir veut en venir. A notre initiative, nous avons eu des discussions avec le chef de l’Etat qui a mis deux mois pour répondre, les discussions s’enclenchent et voilà que tombe cette affaire. Le font-ils pour nous intimider ? Je crois qu’ils doivent se détromper parce que nous ne cédons pas à ce genre d’intimidation », a déclaré Jean-Pierre Fabre, président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC).

Pour le coordonnateur du CST, Me Zeus Ajavon, le pouvoir se prépare à envoyer les responsables du collectif aux assises « précédemment prévues pour le 19 juin mais qui, par des gymnastiques, ont été ramenées sur le 2 juin prochain ».

Pour Me Ajavon qui souhaite vivement que la justice ait le dernier mot, il faut une contre-expertise pour situer la population togolaise dans cette affaire « montée de toutes pièces ».

« L’expertise que demande le médecin psychiatre est la dernière étape de l’instruction avant que cette affaire ne passe devant les juges. Nous ne pouvons pas être à la dernière étape alors que les personnalités civiles et militaires que nous avons déjà nommément citées dans notre rapport d’enquête circulent. Tant qu’il n’y aura pas une contre-expertise, cette affaire ne se terminera pas comme ça  », a-t-il ajouté.

Après avoir apprécié le fait que les partis parlementaires se soient entendus sur la conduite des discussions du dialogue par un facilitateur, le CST a réitéré son exigence selon laquelle ce dialogue « doit être le dernier ».

A travers ce dialogue, pense-t-on, « on doit trouver les solutions définitives aux problèmes du Togo ».

Pour rappel, Me Zeus Ajavon, Jean-Pierre Fabre, Claude Améganvi et Eric Dupuy sont les responsables du collectif qui ont fait l’objet de cette invitation du médecin pour examen.

Telli K.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*