Dialogue en cours : Deux délégués ont failli en venir aux mains

image_pdfimage_print

alphonse-kpogo_homawoo

Le huitième (8ème) point à l’ordre du jour du dialogue inter-togolais, c’est-à-dire les mesures d’apaisement, avec en toile de fond les incendies des marchés de Kara et de Lomé, a failli provoquer la bagarre entre Alphonse Kpogo de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI) et Jean-Claude Homawoo de l’Union des Forces de Changement (UFC).

C’est ce qu’a appris l’Agence Afreepress du site d’information www.independantexpress.com.

Selon ce site, les délégués de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et de l’ADDI, tous deux partis membres du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) ont souhaité attendre le procès en préparation dans cette affaire, mais ont exigé la libération « des personnes arrêtées et détenues ».

« C’est ainsi que le délégué de l’UFC, Jean-Claude Homawoo a attaqué sans retenue les autres partis d’opposition, notamment l’ANC et l’ADDI » en déclarant que si les résultats d’enquêtes les identifient et que la justice les inculpe, c’est qu’ils sont les auteurs de ces incendies. « Il n’est pas question de libérer un seul des vôtres, je ne suis pas d’accord », aurait-t-il jeté à l’endroit des délégués de l’ANC et d’ADDI.

Pour toute réaction, c’est Alphonse Kpogo, l’une des personnes ayant passé plusieurs mois en détention qui aurait vigoureusement réagi, ajoute le site d’information et les deux hommes auraient failli en venir aux mains, n’eut été l’intervention des autres.

Les esprits se sont calmés quelques heures après et les travaux ont continué.

Telli K.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*