Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Toute l'équipe de Togo Actualité vous souhaite bonne heureuse année 2017. Merci pour votre soutien et votre fidélité. | | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Plus d’un an après le report de la date des écrits, les candidats ont le sentiment d’avoir été escroqués par l’Etat

image_pdfimage_print

Gourdigou-Kolani


Suspension du concours direct de recrutement dans l’enseignement technique

Des concours aux contours flous, il n’y a qu’au Togo qu’on les découvre. Plus d’un an après le lancement du concours de recrutement direct d’enseignants et de personnel du ministère de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et l’Industrie, les candidats n’ont pas toujours composé. L’Etat qui a encaissé 5 000 FCFA comme frais d’étude de chaque dossier sans oublier les autres dépenses effectuées par les candidats, s’est muré dans un silence assourdissant.

Le 20 mars 2013, le gouvernement, par l’entremise du ministère de la Fonction publique, avait lancé un concours direct recrutement d’enseignants et de personnel de l’Enseignement technique, de la Formation Professionnelle et l’Industrie. Le chômage étant la chose la mieux partagée au Togo au sein de la jeunesse, ils étaient nombreux à déposer leur dossier après avoir rempli les formalités préalables. Des analyses médicales aux casiers judiciaires en passant par la légalisation des pièces d’identité. En plus, le dépôt du dossier est subordonné au paiement de 5 000 FCFA. « Moi qui suis à Lomé, j’ai dépensé par exemple 14 000 F. Ce qui veut dire que ceux qui sont de l’intérieur du pays en ont dépensé plus. Mais depuis le 1er report des écrits à une date ultérieure, on ne nous dit plus rien. Nous avons le sentiment d’avoir été escroqués par l’Etat », affirme un candidat.

En effet, la date des écrits était fixée au vendredi 3 mai 2013, mais la veille, par un communiqué laconique, les autorités suspendent le concours sans autre forme d’explication. Et pourtant, des candidats s’étaient déplacés dans les centres d’écrit la veille de la date afin de composer. Mais depuis, plus rien. Toutes les fois que des candidats, désireux d’en savoir un peu plus sur la probable date des écrits, se sont rendus au ministère de la Fonction Publique, la même ritournelle leur a toujours été servie : « patientez-vous, le concours aura bien lieu », sans donner d’autres précisions.

C’est ainsi qu’hier après-midi, nous nous sommes rendus au Cabinet, plus précisément à la Direction des examens et concours. Le maître des lieux, M. Laré, nous a ouvert ses portes, mais avec sourire, nous a gentiment éconduit. A l’en croire, seul le ministre pourrait nous renseigner. C’est encore ici le lieu d’interpeller les autorités sur l’hermétisme et l’omerta qui planent sur la libéralisation de l’information dans l’administration togolaise. Tout en l’homme montrait qu’il risquait d’avoir des problèmes si jamais il levait le voile sur le concours. C’est à croire qu’on touchait à un secret d’Etat. En prenant congé de lui, nous lui avons promis que de toutes les façons, nous obtiendrons l’information autrement. Qui cherche trouve, dit-on.

Après avoir pris congé de M. Laré, nous sommes allés à la rencontre d’un proche collaborateur du ministre de la Fonction Publique qui, sous couvert d’anonymat, nous a instruit. « Le concours dans l’Enseignement technique aura probablement lieu ce mois-ci. C’est confirmé puisque je suis allé voir moi-même les piles de copies à distribuer aux candidats et le Censeur du Lycée de Tokoin aussi m’a confirmé la réquisition de ses locaux dans les jours à venir », a-t-il rassuré. Et il poursuit : « S’il est vrai qu’il y a un concours qui a été suspendu en 1996 jusqu’à ce jour, aujourd’hui, les données sont différentes et les autorités ont tout intérêt à aller au bout du processus lancé en mars 2013 ». Il a profité pour nous informer que malgré le temps de suspension, il n’y aura pas de nouveaux candidats qui seront admis dans le lot.

Mais parlant du concours suspendu en 1996, qu’a-t-on fait des frais de dossiers des candidats depuis ce temps ? Ce concours n’est pas le premier à polémique malheureusement au Togo. En juin 2013, il y a eu un autre dans la santé cette fois et dont les candidats attendent toujours la proclamation des résultats. Dans quelques jours, si on s’en tient aux propos de ce fonctionnaire du ministère de la Fonction publique, les candidats auront attendu plus d’un an sans les résultats. Et pourtant, ce n’est pas l’effectif ayant concouru qui est plus pléthorique que l’effectif du concours national de la Police lancé en septembre et dont les résultats, avec leurs concerts de fraudes, ont été proclamés le 5 mars dernier. A la Police, ils étaient plus de 8.000 alors qu’à la Santé, ils étaient moins de 4.000 candidats.

Dans quelques mois, des échéances cruciales attendent les Togolais. Beaucoup voient dans les chantiers tous azimuts des moyens pour appâter des citoyens candides. Si en mars, des résultats d’un concours ont été proclamés, qu’en mai peut-être, les écrits d’un autre concours seront lancés, il ne serait pas surprenant qu’en juillet par exemple, les résultats de celui de la Santé soient aussi connus. Et étant dans une année d’élections, ce ne serait qu’une demi-surprise que de voir les autorités se saisir de ces concours pour mettre en avant « l’attention toute particulière du chef de l’Etat pour l’emploi des jeunes diplômés au Togo ».

 
Godson K.
 
Liberté Togo
 

Commentaires

comments

Publié le 7 mai 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*



Obama et le PDG de Facebook

Obama taquine le jeune PDG de Facebook cravaté


Mme ADJAMAGBO: La CENI, pour être efficace, travailler de manière impartiale, doit être indépendante

Le conclave sortira un document. Attendez que nos pourparlers prennent fin et vous aurez ce document


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer