En manque d’arguments pertinents, Bawara brandit la refondation de l’armée comme une prouesse du Prince

image_pdfimage_print

bawara_630x400


Acculé dimanche sur l’immobilisme et la mauvaise foi du pouvoir face à l’épineuse question des réformes, de la réconciliation nationale et de la mise en œuvre des recommandations de la CVJR, Gilbert Bawara a trouvé un subterfuge curieux : la refondation de l’armée.
 
« Vous croyez que le chantier de la refondation de l’armée que le Président de la République est en train de mettre en œuvre ne représente rien ?
 
Vous pensez qu’il y a dix ans une telle refondation était possible dans notre pays ? » S’est constamment répété Gilbert Bawara dans l’émission « un œil sur l’actualité » sur la Chaîne du Futur ».
 
Tous ceux qui ne connaissent pas bien le contexte sociopolitique togolais seraient naturellement amenés à applaudir ce fameux chantier dont se vante le ministre de l’administration territoriale, la fameuse refondation de l’armée.
 
Mais en réalité, le projet en question ne comporte rien d’autre que du bluff et une manie malsaine du Prince de tromper encre la vigilance des corps habillés pour mieux les mettre sous sa coupe.
 
En effet, tout le monde sait que si le Prince du Togo a une priorité des priorités, c’est bien l’armée et rien d’autre. Il n’a sa vie que grâce à l’armée, il n’a son pouvoir que grâce à elle.
 
Et, il n’a même d’ambition de rallonger son régime que grâce encore à cette armée qui l’a amené en 2005 au pouvoir et qui, probablement serait la seule aussi à le faire partir de là.
 
C’est justement pour cette raison qu’il a un œil particulier sur cette armée dont il pousse et déplace les chefs corps comme de simples pillons de Ludo. Il ne se passe guère de trimestre que le Prince ne nomme pas un Chef corps dans l’armée ou ne pousse pas un officier à la sortie.
 
C’est ainsi qu’à la veille de l’élection présidentielle, le fils héritier a compris que malgré ses gesticulations, une bonne frange des militaires, gendarmes et surtout policiers ne le supporte plus du tout.
 
Que faire pour tromper la vigilance de ceux-ci au moment où il a le plus besoin d’eux ?
 
Voilà la question que le fils d’Eyadema s’est posée une nuit dans sa chambre et il a trouvé comme formule, la fameuse refondation.
 
En réalité ce projet se résume en quoi ? En la division de l’armée, de la gendarmerie et de la police en deux zones nord et sud ainsi que la pompeuse nomination de commandants pour tous ces corps avec à la clé, des promesses fallacieuses de promotion et d’équipements des troupes. Rien d’autre.
 
Le Prince promet désormais à l’armée, à la gendarmerie et à la police de s’occuper particulièrement de leur dossier et de faire en sorte qu’ils aient tout l’équipement nécessaire pour leur bon fonctionnement.
 
Il en a profité pour trouver du job à quelques aigris et laissés pour compte qu’il a pris soin de positionner à certains postes stratégiques dans le commandement de ces différents corps.
 
Alors en quoi ce fameux chantier de la refondation participe-t-il à réconcilier les togolais ou à apaiser les cœurs meurtris des togolais dont les membres de famille ont péris dans les différents troubles politiques que notre pays a connus ?
 
Le Prince a-t-il changé la mentalité ou l’identité des militaires qui ont tué les togolais ici et là ? Non. Au contraire, il s’est risqué à ne faire que promouvoir au sein de cette armée, des tortionnaires, des sanguinaires et des officiers qui trainent de graves casseroles dans le trafic de la drogue ou toutes autres basses besognes totalement malsaines.
 
De quoi parle-t-on encore aujourd’hui ? Qui au Togo ne sait pas que le fils héritier a fait et continue de faire de l’armée son seul bouclier de survie politique ?
 
Mais là encore, l’homme se montre faux et continue justement de tromper la vigilance de ses hommes en treillis en leur donnant l’illusion complète d’un mieux-être et d’un hypothétique bonheur qu’ils ne connaitront jamais, du moins sous lui.
 
Qu’un ministre brandisse cette question de la refondation de l’armée comme une prouesse du Prince est un faux-fuyant face au vrai défi de réconciliation nationale qui se pose au Togo.
 
source : togoinfos
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*