L’ « Action contre la vie chère » met en doute les arguments du gouvernement pour maintenir les prix des produits pétroliers

image_pdfimage_print

pompeaessence


Pour les quatre (4) organisations réunies au sein de l’ « action contre la vie chère », les arguments avancés il y a quelques jours par la ministre du Commerce et de la promotion du secteur privé, Bernadette Legzim-Balouki pour justifier le maintien des prix des produits pétroliers à la pompe n’ont aucun « soubassement ».
 
Dans une lettre adressée ce mardi à la ministre, ces organisations rappellent que le gouvernement n’a pas pris en compte la durée du stock de produits pétroliers commandés par l’Etat togolais avant de décider de la dernière augmentation des prix de ces produits le 16 janvier 2014.
 
« Théoriquement, indique le courrier, le stock qui existait au moment de la hausse devrait s’épuiser autour du mois de mars ».
 
L’ « action contre la vie chère » rejette l’argument avancé par la ministre sur les fluctuations du dollar pour justifier le maintien des prix des produits pétroliers à la pompe en relevant que le prix du dollar est le même partout.
 
« Le dollar est universel et ses fluctuations ont des répercussions sur tous les pays qui importent les produits pétroliers. Il ne devrait donc pas avoir des explications à donner quand on sait que plusieurs pays voisins comme le Bénin et le Ghana ont automatiquement ajusté les prix des produits pétroliers malgré la valeur du dollar », soutient-elle.
 
Sont membres de cette organisation, la Ligue des consommateurs togolais (LCT), le Comité de réflexion et d’action pour la promotion des droits de l’homme (CRAPH), le Mouvement Martin Luther King (MMLK) et l’Association des victimes de torture au Togo (ASVITTO).
 
Telli K.
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*