Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



La STT à la solde d’un candidat à la présidentielle du 15 avril 2015 ?

image_pdfimage_print

lawson_stt


La Synergie des travailleurs du Togo (STT), une centrale syndicale dont le rôle est de défendre les intérêts des travailleurs du secteur public, roule-t-elle pour l’un des cinq (5) candidats à l’élection présidentielle du 15 avril 2015 ?C’est la piste que semble indiquer le communiqué du gouvernement rendu public ce 17 mars.
 
« Dans la matinée du 12 mars 2015, en exécution des consignes de la STT de Tône, des élèves des lycées Nassablé et Dapaong ville 2 ainsi que certains enseignants et des élèves des établissements environnants, ont occupé et organisé des sit-in sur la nationale n°1. Outre le blocage de la circulation, cette manifestation a donné lieu à des débordements et des dérapages préoccupants. En lieu et place des revendications touchant à l’amélioration de la vie scolaire et du système éducatif, les élèves se sont mis à scander leur soutien à l’un des candidats à l’élection présidentielle du 15 avril 2015 », indique le communiqué.
 
Par le biais du même document, le gouvernement reproche à la STT d’avoir fait le choix des manifestations et actions « violentes » depuis qu’elle a quitté la table des discussions.
 
Les manifestants, à en croire le gouvernement, se sont attaqués à chaque fois que l’occasion le leur permet, aux biens publics, notamment la Direction régionale de l’éducation des savanes, les bureaux de la préfecture et l’hôtel de Dapaong et même à des personnes physiques comme le directeur de l’école primaire publique du camp gendarmerie, « violemment agressé » et le préfet de Tône « légèrement blessé » après avoir été agressé.
 
Le gouvernement, a condamné les incidents, les actes et toutes les initiatives de nature à porter atteinte à la quiétude et à la paix sociale, et a signalé qu’une enquête est ouverte pour situer les responsabilités.
 
En Assemblée générale ce lundi après-midi à Lomé, la coordination de la STT a elle aussi condamné les actes de violence perpétrés sur ses syndiqués. Mieux, selon la synergie, la cause de ces violences a pour seul nom, la circulaire du ministre des Enseignements primaire et secondaire, Florent Badjama Maganawé dont la démission est depuis devenue une condition sine qua non pour les travailleurs de cette centrale, au même titre que les 280 points d’indice.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Publié le 18 mars 2015 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer