Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.


7410

Le Prince, la honte !

image_pdfimage_print

faure_unir


Alors qu’il se décharge chaque jour un peu plus et donne l’image d’un vieillot avec une allure pâle et un style désuet de gouvernance, Faure Gnassingbé s’obstine à passer par tous les moyens immoraux, vils et lâches pour s’incruster éternellement au pouvoir.
 
Ce qui s’est passé mardi à la CENI est une honte nationale, une imposture et un vrai scandale qui pousse à la révolte.
 
Très lâchement et de façon indécente, le Prince instruit Taffa Tabiou, le moribond président de la CENI de décréter la proclamation fantaisiste des prétendus résultats de l’élection présidentielle alors même qu’à peine 20% des procès –verbaux du vote avaient été compilés et consolidés par cette institution.
 
Pris justement par la panique d’être dénudé à la face du monde par l’implacable vice-président de la CENI, Pédro Amouzou par rapport aux fraudes massives et aux légèretés qui ont émaillé le scrutin, notamment au nord du pays, le Prince a cru pouvoir utiliser les deux Chefs d’Etat qu’il a suppliés de venir à sa rescousse pour se sortir d’affaire.
 
Mais hélas, l’homme est pris la main dans le sac, en flagrant délit d’imposture, de vol lâche et immoral des votes du peuple. Il faut dire au bout des comptes, que Faure Gnassingbé agace et intrigue tout homme épris de bonne foi et de bon sens.
 
Comment peut-on comprendre cette précipitation incongrue du Prince à se faire proclamer vainqueur de l’élection présidentielle du 25 avril alors même que les deux Chefs d’Etat venaient justement de recommander à la CENI d’accélérer le processus de compilation des procès-verbaux afin de pouvoir donner les résultats du scrutin en toute impartialité et en toute équité dans les délais légaux ?
 
En temps normal et dans des conditions propres, Alassane Ouattara et John Mahama devraient dénoncer clairement et véhément Faure Gnassingbé pour avoir abusé d’eux.
 
Il a cru pouvoir les utiliser comme un bouclier pour valider son coup de force électoral et ainsi légitimer son troisième mandat à la tête du Togo. Mais hélas, aussi maladroit qu’il est, tout s’est révélé à la face du monde. L’acte a été tout simple gauche et particulièrement inintelligent.
 
Le raccourci qu’il a fait prendre à ce freluquet de président de la CENI l’a plus que jamais exposé et tout le monde, aujourd’hui sait, par pur bon sens que le Prince a volé le vote du peuple.
 
L’on comprend alors aisément pourquoi aucun Président sérieux ne lui a jusqu’à présent adressé une moindre lettre de félicitations. On comprend justement la torpeur et la léthargie dans lesquelles les militants d’UNIR se sont plongés au lendemain de cette prétendue proclamation de résultats.
 
Il faut bien que le Prince comprenne enfin que la nature parle, qu’elle a ses lois et règles que personne ne peut indéfiniment violer sans en payer le prix.
 
Quelle face Faure Gnassingbé espère-t-il présenter au monde après ce énième coup de force électoral qu’il vient d’opérer ?
 
Aujourd’hui, le monde entier sait que si ce n’est pas par des militaires qui arrachent et transportent des urnes pour changer leurs données comme ce fut le cas en 2005, c’est alors par des raccourcis lâches et indécents que Faure Gnassingbé procède pour se faire proclamer Président du Togo.
 
Que pense-t-il qu’un homme comme le général Siaka Sangaré, président du comité d’accompagnement du processus électoral ferait comme compte rendu à la francophonie qui l’a dépêché à Lomé pour consolider le fichier électoral et suivre ce processus pour le compte de cette institution ?
 
En procédant de cette manière aussi incongrue pour se décréter président du Togo pour un troisième mandat, Faure Gnassingbé a malheureusement facilité la tâche à Jean-Pierre Fabre qui n’aura plus trop besoin de prouver à la face du monde que le Prince est un faux qui procède par du faux pour être là où il est.
 
Le monde entier le sait déjà par le simple fait de la manière quasi bestiale dont il s’est fait proclamer au soir de ce 28 avril.
 
Tout cela, malheureusement ne fera que donner un coup au Togo et aux togolais qui vont devoir, encore une fois, continuer leur chemin de croix avec la longue dynastie des Gnassingbé.
 
Mais la nuit a beau être longue, le jour viendra aujourd’hui ou demain.
 
Que Faure Gnassingbé ne s’avise pas qu’il saura s’ériger en despote impénitent, complètement blasé pour longtemps encore au Togo.
 
Ses écarts de comportement du passé et ceux qu’il continue de multiplier sont entrain de fermenter autant que possible la colère de ce peuple. Le temps vient où il prendra sans pitié, le rebond en face.
 
source :
 

Commentaires

comments

1 Réponse pour “Le Prince, la honte !”

  1. EGNONAM AMOU dit :

    MR LES JOURNALISTE ARRETEZ D’APPELER CE VOYOU LE PRINCE .NE RENTREZ PAS DANS LEUR JEUX .

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
Publié le 30 avril 2015 dans Envoyez cet article à un ami




:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer