Le ministère de l’environnement confirme l’existence d’un réseau de faussaires dans l’importation du bois

image_pdfimage_print

bois

Les déclarations de certains journaux sur l’existence d’un réseau de falsification des documents exigés pour l’obtention des autorisations d’importation des produits forestiers « ligneux », ont fait réagir le ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, qui confirme à l’issue d’une mission au Ghana que « des informations font soupçonner l’existence d’un tel réseau ».

Au cours d’un point de presse tenu ce mardi à Lomé pour, dit-on, apporter des éclaircissements et informations aux médias et au public sur le sujet, les responsables dudit ministère ont tenu à rappeler les mesures prises par la direction des ressources forestières pour endiguer ce phénomène qui menace la protection de la flore dans la sous-région.

« Pour permettre de clarifier cette situation, il a été pris une note de service portant suspension provisoire de la délivrance des autorisations de transport de bois naturels sur la base des importations », a indiqué Gnronfoun Kodjovi Koffi, directeur des ressources forestières du ministère de l’environnement.

Ce dernier informe par ailleurs que les présumés coupables impliqués dans ce réseau sont « à l’heure actuelle » entre les mains des autorités compétentes pour répondre de leurs actes. L’enquête cependant se poursuit jusqu’au démantèlement de tout le réseau.

Le gouvernement a depuis longtemps pris conscience de l’effet néfaste que constitue la dégradation des ressources forestières sur l’environnement.

C’est ce qui justifie les accords avec les pays voisins, notamment le Bénin et le Ghana, et l’adoption en septembre 2011 d’un décret réglementant l’importation, l’exportation, la réexportation et le transit des produits forestiers ligneux.

Gaël N.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*