Pour le NID, la sortie de crise passe par une transtion

image_pdfimage_print

nid_500


Le parti politque le NID s’est de nouveau prononcé samedi sur la situation sociopolitique togolaise à la suite de l’échec du récent dialogue politique regroupant les parties parlementairs. « toutes démarches en dehors d’un dialogue inclusif et du cadre approprié, ne peuvent être vouées qu’à l’échec », a estimé Gabriel Sassouvi Dosseh-Anyron au cours d’un point de presse.
 
Au cours de la rencontre avec les journalistes, le NID a exhorté le Président de la République à maintenir son courage politique pour traduire dans les institutions mieux dans la Constitution de la République, les travaux de la CVJR. Il réaffirme que ce courage exige un Dialogue Inclusif au profit du Pacte Républicain entre tous les Représentants des forces politiques togolaises, ayant participé aux élections législatives de 2013.
 
Le Nid a sa solution pour mettre fin à la crise sociopolitique du pays qui n’a que trop duré. Ainsi, le Nid pense qu’il faut engager « une période d’exception, les Etats Généraux pour la Transition ». « Le cadre approprié du Dialogue Inclusif, la mise en place d’un gouvernement d’Union Nationale pour la cogestion de la période transitoire d’une durée d’au plus trois ans et la mise en place d’une Constituante qui permettra d’élaborer une Constitution au profit d’une Refondation de la République ; la Constituante de la 5ème République », a-t-il dit.
 
Pour l’ancien ministre, les Etats Généraux peuvent commencer dès la fin du mandat actuel de l’actuel président de la République, c’est-à-dire au plus tard fin avril 2015, le gouvernement d’union nationale aura la charge entre autres d’organiser chronologiquement les éléctions locales, les élections législatives et présidentielles couplées.
 
« La Constituante sera composée des représentants de tous les groupes socio-professionnels (syndicats, chefs d’entreprises, corps de métiers, société civile et les partis politiques…), a conclu M. Dosseh-Anyron.
 
Un autre parti politique est dans cette même logique. Il s’agit du Front populaire pour la Démocratie (FPD) de Djimon Oré qui propose d’aller à une Ve République
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*