Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Présidentielle de 2015 : Gerry Taama redoute de « sérieux » risques d’embrasement et invite le gouvernement à rectifier le tir

image_pdfimage_print

gerry_net


« La remise en cause de la date précédemment annoncée par la Commission électorale nationale indépendante (21 avril 2015), le blocage des discussions sur les réformes, indispensables au renforcement de notre démocratie, le débat sur l’accès au fichier électoral, gage de transparence du scrutin et la fronde sociale devenue permanente dans notre pays, nous font craindre des risques sérieux d’embrasement si un consensus n’est pas rapidement trouvé pour organiser ces élections de façon concertée, inclusive et pacifique ».Telle est la position exprimée à travers un communiqué par le Nouvel engagement togolais (NET) sur la date du 15 avril décrétée par le gouvernement pour voir tenir la prochaine élection présidentielle.
 
Pour le candidat à la présidentielle, Gerry Taama, président national du NET, le gouvernement ne doit pas tenter de faire un passage en force. « Après avoir solennellement proclamé « plus jamais ça » au lendemain de la boucherie postélectorale de 2005, le président de la République devrait prioritairement mettre en avant la réconciliation et l’unité nationale et tenir compte de l’avis de tous les protagonistes avant de fixer la date des élections présidentielles », a-t-il proposé.
 
Mais si par contre le gouvernement ne venait pas à changer d’attitude, a poursuivi l’ancien officier des Forces armées togolaises (FAT), les partis politiques de l’opposition présents à la CENI, dans les Commissions électorales locales indépendantes (CELI) et les Comités de listes et cartes (CLC) doivent se retirer de ces instances pour provoquer son « handicap ».
 
A en croire Gerry Taama, « au moment où le processus électoral est en train de prendre son dernier virage, on ne peut plus se contenter de se désolidariser des actions de la CENI, sans en démissionner ».
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Publié le 26 février 2015 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer