Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Processus électoral, le Prince s’arrange à tricher partout

image_pdfimage_print

faure_fnfi_palais_congres


Les preuves de la triche du Prince sont légion au Togo.
 
De la manière grossière dont il s’est accaparé du pouvoir 2005 jusqu’à son maintien dans ce piédestal pendant 10 ans, en passant par l’ensemble des coups-bas qu’il a multipliés à l’égards de ceux qu’il considère comme ses ennemis, tout ce parcours est jonché de vol, de triche et d’actes immoraux.
 
Tout cela pour le simple fait du pouvoir et de sa jouissance. Aujourd’hui, les preuves des projets de vol et de triche du Prince sont encore plus frappantes depuis l’entame du processus électoral qui devra déboucher sur le scrutin du 15 avril prochain.
 
Ne parlons même pas de la manière cavalière avec laquelle le Prince a obtenu la présence d’un allié comme l’UFC à la CENI.
 
Fermons les yeux sur tout le flou qui a entouré la commande massive par Gilbert Bawara des kits d’enrôlement biométrique des électeurs, leur conditionnement ainsi que l’opacité manifeste qui a présidé à la commandé des cartes d’électeurs.
 
Ne nous attardons pas non plus sur la date retenue par le Prince et ses amis pour la tenue de ce scrutin contre le vœu et la vision de la CENI, seule compétente à arrêter une date pour la tenue d’un scrutin.
 
Mais regardons un peu les derniers épisodes qui se développent ici et là dans le cadre de ce processus électoral.
 
En réalité, s’il faut être objectif et honnête, l’on retiendra que le premier acte juste et transparent qui a été posé par la CENI reste le tirage au sort public de l’ordre de positionnement des candidats sur le bulletin de vote.
 
Et comme la nature ne fait rien à moitié, le Prince s’est naturellement retrouvé au bas de l’échelle et donc en dernière position pendant que Jean-Pierre Fabre se retrouve à la première place. Cela n’a pas du tout été du goût du Prince !
 
Alors que fait-il ? Il décide de faire changer la disposition des candidats sur le bulletin de façon horizontale plutôt que verticale. En optant à la dernière minute pour une telle disposition, le Prince n’a uniquement pensé qu’à lui alors même que l’on est bien en face d’un peuple qui agit par habitude.
 
Depuis l’adoption du bulletin unique au Togo, la disposition des candidats a toujours été de façon verticale et l’ensemble du peuple en a déjà gardé l’habitude à la suite d’un travail sérieux de démonstration et d’explication qui a été fait par les divers candidats aux différents scrutins.
 
Aujourd’hui que le Prince décide de changer brutalement les règles du jeu, combien de temps se donne-t-il pour faire ce travail pédagogique d’explication des masses paysannes avant le jour du scrutin ?
 
Pourquoi a-t-il subitement senti le besoin de se rebeller contre ce choix de la nature qui a mis Fabre en première position au point de finir par forcer une disposition en paysage du bulletin ?
 
Il suffit d’analyser de près ce fait pour se rendre d’emblée à l’évidence qu’en réalité, le Prince n’est vraiment sûr de rien. Il se sait non-aimé au Togo, il se sait largement minoritaire (à peine 29%), il se sait particulièrement vomis par l’écrasante majorité des togolais.
 
Voilà encore pourquoi l’homme multiplie à longueur de journée, des gesticulations ici et là pour tenter de charmer le peuple en lui vendant de la pure poudre volante.
 
Lui dont le corps n’a jamais transpiré du fait d’un travail physique, lui dont les paumes de la main n’ont jamais été endurcies par un quelconque travail de champ, se retrouve subitement et curieusement dans la posture d’un habitué des pioches et des pelles.
 
Il sillonne le pays du nord au sud pour donner des coups de pioches partout sous prétexte qu’il lance des travaux de construction de telle route, de tel ou tel autre projet. Mais oui. Voilà une forme de mystification qui cache mal le niveau de malhonnêteté du Prince et de son pouvoir.
 
Depuis quand, Faure Gnassingbé qui est né avec une cuillère dorée à la bouche sait-il tenir une hache, une houe, une pelle, une brouette pour qu’il soit amené à s’y attacher tant ces derniers moments ?
 
A quel moment de sa vie a-t-il appris à manger à la sueur de son front comme nous le recommande le Livre Saint ?
 
Il fait tout pour se créer dans l’imagerie collective du peuple analphabète, la posture d’un homme providentiel dont le maintien au pouvoir devrait permettre une transformation heureuse du quotidien des togolais. Et pourtant, tous ces projets qu’il annonce, si par extraordinaire doivent être réalisés, ne pourront l’être qu’avec l’argent du contribuable togolais.
 
Mais l’homme fait comme s’il devrait le faire avec l’argent de sa poche. Et du coup, il se crie partout que c’est grâce à Faure Gnassingbé que tel route a été construite, que tel projet a été réalisé ou va être réalisé. De la pure mystification !
 
Toutes ces gesticulations bien entendu, sont destinées à faire prendre de l’avance à Faure par rapport aux autres candidats en course. C’est dommage et particulièrement malhonnête.
 
Mais ce n’est pas tout. Alors même que la campagne électorale n’est pas encore ouverte, UNIR et ses sbires ont déjà commencé à inonder des médias publics et privés de produits audiovisuels vantant les mérites et prétendues réalisations du Prince.
 
Tout cela au moment où le Prince lui-même est pourchassé de toute part par les travailleurs togolais pour l’amener à tenir ses promesses. Au lieu d’y accéder, l’homme trouve des subterfuges pour s’inscrire résolument dans une fuite éhontée en avant. Il fait une cour lâche à la masse paysanne, aux femmes analphabètes, aux jeunes désœuvrés à travers des projets fallacieux et fantaisistes qui ne reposent en réalité sur rien de fiable…
 
Mais où était-il durant les 10 années qu’il a déjà passées à la tête du pays ? Que faisait-il pendant tout ce temps pour qu’il soit contraint aujourd’hui de s’engager dans une course contre la montre en lançant dans une affreuse précipitation des projets un peu partout dans le pays ?
 
Nous n’allons pas nous attarder à vouloir répondre à ses pertinentes questions. Tous les togolais savent ce que faisait leur cher Prince en ces temps chauds où tout le peuple avait besoin de lui. Tous les togolais savent qu’il était constamment en villégiature dans divers coins du monde y compris l’Italie où il suivait régulièrement du théâtre !
 
Mais à cette heure du bilan, à cette heure de la vérité, il fait semblant d’avoir oublié tout le mal qu’il a fait à ce peuple en le plongeant et en le maintenant dans la précarité et le besoin. Il fait semblant d’oublier que 85% des togolais attendaient et attendent encore de lui des réformes politiques.
 
Il semble faire croire qu’il a oublié que des milliers de victimes des violences de 2005 ou même d’autres crimes commis sous son père défunt ont attendu 10 bonnes années sans avoir été dédommagées alors même qu’il avait fait la promesse.
 
Il espère créer des trous de mémoires chez les togolais pour les amener à oublier ses multiples faux-fuyants, ses promesses non tenues dans tel ou tel domaine, ses absences aux moments où le peuple avait le plus besoin de lui.
 
Qu’a-t-il fait des recommandations de la CVJR dont la liste lui a été remise en main propre depuis avril 2012 ?
 
Quelle sanction a-t-il infligée à ses amis qui ont pillé l’essentiel des sociétés d’Etat aujourd’hui en faillite ?
 
Qu’a-t-il fait aux forces de l’ordre qui ont tiré à bout portant sur d’innocents élèves à Dapaong ou à ceux-là qui ont arraché des milliards aux pauvres commerçantes et commerçants à l’aéroport de Lomé ?
 
Quelle suite a-t-il donnée à cette fameuse affaire des incendies où manifestement et à en croire le rapport du CST, nombre de ses très proches collaborateurs auraient du mal à se proclamer innocents ?
 
Le compte est tout de suite fait. Le Prince a plus fait du mal au Togo qu’il ne lui a rendu service.
 
Concluons simplement notre développement par une dernière question simple et tout à fait inoffensive : Tous ces chantiers que le Prince se donne tant de mal à lancer dans tous les coins et recoins du pays valent-ils les 8.235 milliards qui se sont illicitement volatilisés hors des frontières du Togo sous son règne entre 2005 et 2011 ?
 
source : togoinfos
 

Commentaires

comments

Publié le 24 mars 2015 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer