RPT / UNIR = État Togolais. Preuves : services publics paralysés et moyens de l’État utilisés pour la convention de ce parti !

image_pdfimage_print

unir_congres_600


« Je ne suis pas à Lomé. On pourra se rencontrer lundi », « Il faut attendre le retour du DG », « Le chef du personnel est en mission » ou encore « L’agent est en mission »…
 
C’est la synthèse des réponses adressées aux Togolais ce mercredi 25 février 2015 dans les différents services publics que nous avons sillonnés en début de matinée. Et pour cause, le parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR), organise son congrès pour désigner son candidat à l’élection présidentielle. Pour l’événement, toute l’administration s’est vidée de son personnel. Les dossiers qui méritent un suivi urgent sont rangés dans les tiroirs et ne seront traités qu’au retour des agents.
 
C’est le spectacle « ridicule » auquel les Togolais assistent depuis bientôt 50 ans, et même si le fait n’est pas nouveau, il a le mérite de démontrer qu’en réalité, l’administration publique a été toujours utilisée par le régime Rpt/Unir à des fins partisanes. Des véhicules administratifs équipés de bons de carburant aux matériels en passant par les primes de déplacement ou de mission, tout a été mis à contribution.
 
A l’accoutumée, c’est lors des fêtes traditionnelles que le phénomène se produit ; mais aujourd’hui, c’est la convention du parti au pouvoir et plus tard sa campagne présidentielle qui drainent avec elles l’essentiel du pouvoir public. Des ministres aux directeurs de cabinets en passant par les directeurs de sociétés, les chauffeurs voire les plantons ou agents d’entretien, tous ont fait le déplacement de Kara. Dans cette ville qui a vu désigner Faure Gnassingbé comme le porte-flambeau de l’Unir, tous les départements ministériels étaient représentés au plus haut niveau. Et pour couronner cet exode massif de l’administration publique, il a été organisé un conseil des ministres, sinon un simulacre, quand on sait que les esprits sont focalisés sur la convention.
 
Tous les ministres de l’actuel gouvernement sont-ils issus de l’Unir ? Sommes-nous tentés de demander, puisque même les ministres Ufc (Union des forces de changement) ayant intégré le gouvernement au nom d’une pseudo réconciliation y étaient présents. Comme le dirait quelqu’un, « ils sont tous devenus Unir ».
 
Ce qui indigne plus les Togolais, c’est que des fonctionnaires engagés pour rendre service à la nation se consacrent à la cause d’un seul parti, fût-il du pouvoir. On peut naturellement leur concéder le droit d’appartenir à un parti politique et d’y militer. Mais il est inconcevable de voir ceux qui sont payés grâce aux recettes et autres taxes prélevées sur l’effort des citoyens se mettre au service du régime. « Ce qui se passe à Kara est inadmissible. C’est comme voir aux Etats-Unis, toute l’administration Obama se mobiliser pour le congrès des démocrates. Ces choses ne sont possibles qu’au Togo », estime un internaute.
 
Faure Gnassingbé et sa « minorité qui accaparent les richesses du pays » auraient dû organiser leur convention – qui n’a réservé d’ailleurs aucune surprise – en fin de semaine, permettant ainsi aux militants d’y participer sans perturber l’administration ou créer la tension au sein de la population dans un climat social déjà surchauffé. Pour paraphraser le Premier ministre Arthème Ahoomey-Zunu, « la convention de l’Unir prend en otage toute l’administration publique ».
 
Source : [26/02/2015] G.A, Liberté N° 1892
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*