Social : La STT maintient sa grève de 72 heures à compter de mardi, sit-in dans certains ministères ce lundi

image_pdfimage_print

Dr-Gilbert-TSOLENYANOU_500

La grève de 72 heures annoncée par la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) à compter de mardi, aura bel et bien lieu. Telle est la décision prise par la base ce lundi à l’issue d’une Assemblée générale à Lomé.

 

Déjà dans la matinée, des sit-in ont été observés dans certains ministères notamment au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Sylvanus Olympio.
Vêtus pour la plupart de rouge, les agents du plus grand centre de santé du pays, avaient déserté en milieu de matinée leurs différents postes de travail.
Dans un communiqué publié samedi dernier, le gouvernement avait averti tous ceux observeront la grève lancée pour mardi.

 

« Ceux qui suivront un mot d’ordre de grève non conforme aux dispositions légales et réglementaires régissant le droit de grève, s’exposent aux sanctions prévues par la loi », avait menacé le gouvernement.

 

Selon les autorités togolaises, la démarche de la STT sort du cadre syndical et est donc illégal, les discussions étant en cours.

 

« Nous sommes prêts à ce qu’on nous prouve en quoi la grève de la STT est +illégale+. Nous sommes sereins, la Synergie avance et n’a jamais fait obstruction aux lois. Nous sommes dans la légalité (…) », a souligné Dr. Gilbert Tsolenyanou, le porte-parole de la STT.

 

Ce lundi, les ministres de l’enseignement supérieur et de la fonction publique ont appelé les travailleurs à mettre de l’eau dans leur vin.

 

Une séance de travail a réuni lundi après midi au ministère de la fonction publique, membres du gouvernement et responsables des centrales syndicales. La STT avait été représentée à cette rencontre.

 

Les travailleurs réunis au sein de la STT exigent l’obtention totale des points qui figurent sur leur plateforme revendicative, à savoir doubler les salaires des travailleurs, redresser la grille, augmenter l’allocation familiale et trouver une prime de déplacement aux fonctionnaires.

 

Rappelons que les mouvements de grève déclenchés par la STT ont fortement paralysé l’éducation et la santé, deux secteurs dans lesquels la Synergie est implantés. L’administration publique compte environ 50.000 fonctionnaires. FIN

 

En Photo : Dr. Gilbert Tsolenyanou

 

Edem Etonam EKUE

 
source : savoir news
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*