Togo / Belgique : L’Office des Étrangers fait marche arrière. La jeune Togolaise Cynthia peut rester en Belgique

image_pdfimage_print

cynthia
L’Office des Étrangers en Blegique autorise finalement la jeune Togolaise de 19 ans, Cynthia, a terminé ses études. Elle était sous le coup d’une expulsion | Photo : La Libre Belgique


Cynthia, 19 ans, est inscrite en dernière année à l’athénée Andrée Thomas, à Forest. Elle espère y terminer, cette année, ses études et donc obtenir son diplôme. Les chances sont pourtant minces. Cette jeune Togolaise a été informée, en mars dernier, par l’Office des étrangers qu’elle disposait de 30 jours pour quitter le territoire. La raison ? Elle bénéficiait, depuis son arrivée en Belgique en septembre 2012, d’une carte de séjour temporaire grâce à un regroupement familial. A la demande de son père, la jeune fille avait en effet accepté de quitter le Togo pour habiter chez ce dernier. Or elle a quitté le domicile paternel en février dernier pour fuir, explique-t-elle, la violence de son père.
 
« Il me frappait et m’agressait verbalement de manière régulière. Mais ce samedi-là, c’était la fois de trop », se souvient Cynthia. « Je voulais juste sortir pour faire des courses et il ne voulait pas. Il m’a alors confisqué mes clés. Il m’a finalement giflé avant de me frapper comme si j’étais un homme de sa taille. »
 
Regroupement familial
 
Alertée par les voisins, la police intervient et le père aurait passé 4 heures en garde à vue. La jeune Cynthia, 19 ans depuis lors, est hébergée dans une famille qui a accepté de l’accueillir. Prenant acte qu’elle n’habite plus avec son père, l’Office des étrangers lui a transmis l’ordre de quitter le territoire. « Nous ne voyons pas en quoi le fait que son père joue le rôle que l’on attend de lui, c’est-à-dire régler les entrées et sorties des enfants sous sa responsabilité, serait de la violence », indique notamment l’Office dans sa lettre à Cynthia.
 
« Tout indique que nous avons affaire à une mésentente familiale », indique l’Office dans sa lettre à Cynthia, précisant plus loin : « rien que l’on puisse qualifier de violences intrafamiliales ».
 
Peu importent l’attestation médicale et le témoignage de professeurs et du centre PMS de l’école, l’Office des étrangers est clair : le dossier est trop peu étoffé pour prouver des violences familiales répétées.
 
La jeune fille le sait mais demande qu’on lui laisse au moins terminer ses études. L’ensemble du corps professoral de son école s’est mobilisé en ce sens. Une lettre a été envoyée à Theo Francken (N-VA). le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration.
 
Recul de l’Office des Étrangers : Cynthia peut rester en Belgique
 
Sous la pression et la mobilisation de l’École de Cynthia, l’Office des Étrangers a cédé permet à la jeune fille de rester et de terminer au moins sa scolarité. Selon nos confrères de La DH écrit ce mardi après-midi que l’Office des Etrangers a finalement changé d’avis. « On a revu le dossier et, à titre exceptionnel, on a décidé de lui laisser la possibilité de rester en Belgique jusqu’au 15 juillet pour terminer sa scolarité sereinement. Après on verra bien. Tout est possible. On envisagera les possibilités pour autant qu’elle réussisse déjà sa scolarité », explique Dominique Ernould. « En juillet prochain, nous examinerons sa situation au regard de la législation et en fonction de différents cas de figure: si elle a réussi son année et si elle veut faire des études supérieures par exemple. »
 
Source : [28/10/2017] La Libre Belgique
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*