Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Togo : Le mauvais élève de la démocratie

image_pdfimage_print

candidats_présidentielle2015


Faure Gnassingbé candidat pour un troisième mandat à la tête du Togo. Ce n’est pas une farce, c’est la réalité des Togolais au moment où tous les pays de la sous-région ouest-africaine, se battent pour obtenir le respect des deux mandats présidentiels. Le Togo se révèle ainsi, le mauvais élève de la démocratie.
 
Faure investi à Kara
 
Ce n’était une surprise pour personne, Faure Gnassingbé représentera le Parti présidentiel au scrutin annoncé pour le 15 avril prochain. La cérémonie d’investiture a été organisée mercredi 25 février à Kara à 420 km de Lomé la capitale togolaise. Tenue au Palais des congrès de la ville d’origine du président de la République, la cérémonie a connu la participation de plusieurs dignitaires du régime.
 
Après avoir été désigné candidat pour le parti Union pour la République, Faure Gnassingbé a déclaré: « … à la veille de cette échéance électorale, j’ai bien compris le message que vous venez de m’adresser. … C’est par devoir à l’endroit de notre cher pays le Togo et par fidélité aux idéaux du parti que j’ai l’honneur d’accepter d’être investi comme candidat à la prochaine élection présidentielle pour le compte de notre parti UNIR ».
 
Par cette investiture, M. Gnassingbé pourra ainsi briguer allégrement un troisième mandat au Togo, d’autant plus qu’en face, il n’a pas un adversaire de taille.
 
L’opposition divisée
 
Malheureusement, les Togolais ne peuvent pas prétendre reproduire le modèle burkinabé, comme l’ont fait les Béninois ou récemment les Congolais de la RDC. Ces peuples ont réussi à obtenir ne serait-ce que la promesse leurs chefs d’État de quitter le pouvoir à la fin de leur 2ème mandat. Le problème togolais est visiblement plus compliqué et face à une opposition qui peine à mieux s’organiser, l’alternance politique togolaise peut encore attendre.
 
Regroupé au sein du Combat pour l’alternance politique en 2015, (CAP 2015), certains partis de l’opposition ont désigné un candidat unique en la personne de Jean-Pierre Fabre de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), premier parti de l’opposition. Celui-ci devrait porter leurs couleurs lors de la prochaine présidentielle.
 
Cependant, les crises de leadership et la politique du « moi ou personne », propre aux opposants togolais ont eu raison de ce « combat ». Au final, l’opposition se présentera une fois encore au scrutin d’avril prochain, en rang dispersé.
 
Une Constitution pas si démocratique
 
L’autre obstacle sur le chemin vers la démocratie au Togo est la Constitution du pays elle-même. La Loi fondamentale en vigueur au Togo ne limite pas le nombre de mandats présidentiels et les leaders de l’opposition ne sont pas parvenu à obtenir des réformes avant l’élection présidentielle prévue pour le 15 avril 2015.
 
D’ici-là, ce serait vraiment un miracle si le gouvernement togolais s’attablait pour changer quoi que ce soit sur la Constitution. D’ailleurs, les textes de la CEDEAO et de l’UA interdisent toutes modifications constitutionnelles à la veille des élections.
 
Rappelons que le Togo a été dirigé pendant 38 ans par feu Gnassingbé Eyadema, le père de Faure Gnassingbé. Bien qu’il ait changé le nom du parti de son père, c’est le même régime qui a gouverné le pays durant les 10 dernières années. Ainsi, si Faure brigue un nouveau mandat, il en aura encore pour 5 ans au minimum.
 
Une armée pas républicaine
 
Épine dorsale du pouvoir, l’armée togolaise joue un rôle prépondérant dans le maintient du système en place.
Militaire feu Éyadema le père de Faure l’actuel président a su bâtir une armée toute dévouée à sa cause. A la mort de celui-ci cette armée était encore à la manœuvre pour installer son fils.
 
On se souvient de cette image spectaculaire d’un militaire togolais courant une urne sous le bras lors de l’élection présidentielle de 2005. La répression constante des manifestations de l’opposition et le refus de la grande muette de voir la démocratie s’installer dans le pays est devenu un facteur ou une équation insoluble pour les togolais.
 
A l’opposé de ses consœurs de la sous-région, la grande muette togolaise ne se veut pas républicaine.
 
Quoique difficile à avaler, la pilule d’un troisième mandat de Faure Gnassingbé pourrait passer sans trop de mal. Cependant, la colère, la déception et l’indignation d’une grande partie de la population risquent d’exploser à tout moment.
 
source : africahotnews.com
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 2 mars 2015


Catégorie(s) : Politique
Tags : , , , , , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer