Le Togo a réussi sa « lutte contre la malnutrition et la faim »

image_pdfimage_print

semondji

Le ministre de la Planification du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Sémondji Djossou a pris part à la 47ème session des Nations Unies sur la Population et le Développement qui a débuté à New York le 7 avril dernier.
Invité à prendre la parole au nom du Togo, M. Sémondji s’est surtout attardé sur les « grandes réussites » du Togo en matière de lutte contre la pauvreté et l’autonomisation des populations, surtout les femmes. « Comme l’a indiqué la plupart des délégations présentes à cette conférence, le Gouvernement togolais, sous l’impulsion éclairée de Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE, a également enregistré des progrès significatifs en matière de population et développement », a-t-il laissé entendre.

 

Ces progrès, a-t-il poursuivi, portent notamment sur la mise en œuvre de sa stratégie à moyen terme 2008-2011 et de sa stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi pour la période 2013-2017. A titre d’exemple, cite le ministre en charge du développement, à la fin 2012, le Togo a réalisé la cible (c) relative à la lutte contre la malnutrition et la faim du premier objectif du millénaire pour le développement. « De même, l’objectif du millénaire relatif à la lutte contre le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose est susceptible d’être atteint à l’horizon 2015. Par ailleurs, l’autonomisation des femmes et leur participation effective au développement devient peu à peu une réalité, l’éducation et la santé des jeunes (filles et garçons) et des femmes s’est intensifiée dans mon pays, avec un taux de scolarisation de 87% au premier degré. Un programme de la gratuité de la césarienne a contribué à faire chuter le taux de mortalité maternelle de 580 à 350 pour 100.000 n/v. Des programmes spécifiques en faveur de l’emploi des jeunes ont été engagés et progressent, permettant à ces jeunes d’améliorer leur employabilité et de s’insérer sur le marché du travail », a-t-il égrainé sans toutefois perdre de vue les défis qui restent à surmonter.

 

« Malgré tous ces efforts, beaucoup de défis restent encore à relever en matière de population et développement. Pour y parvenir, nous devons conjuguer nos efforts pour réaliser le Dividende Démographique qui constitue aujourd’hui une opportunité à saisir pour parvenir au développement durable afin de sauvegarder le bien-être des générations présentes sans hypothéquer l’avenir des générations futures. A cet égard, l’appui des partenaires techniques et financiers aux pays les moins avancés devrait être conséquemment renforcé » a plaidé devant les participants à cette 47ème session des Nations Unies sur la Population et le Développement.

 

M. Sémondji a saisi l’occasion pour remercier le Système des Nations Unies à travers le « leadership » du Fonds des Nations Unies pour la Population, l’UNFPA. L’UNFPA, a-t-il relevé, a dans le cadre de la Résolution 65/234 de l’Assemblée Générale des Nations Unies travaillé en étroite collaboration avec les Etats, à travers un processus d’enquête mondiale et de Revues régionales, dont les résultats ont abouti au Rapport intitulé « Cadre d’Actions pour le suivi de la CIPD au-delà de 2014 ».

 

Olivier A.

 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*