La question des mesures d’apaisement reste l’un des points cruciaux qui tiennent à cœur la coalition des 14 partis de l’opposition dans la l’application des recommandations des Chefs d’État de la CEDEAO.
Bien que la 2ème réunion du Comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO ait enregistré à l’issue des travaux tenus dimanche 23 septembre 2018 à Lomé, des « avancées majeures et consensuelles » pour la tenue des élections législatives, la question des mesures d’apaisement reste toujours d’actualité.
La coalition exigeant la libération de tous les détenus malgré la remise en liberté le 19 septembre dernier d’une dizaine de ces personnes.
Une « déception » qu’expriment les membres de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, à travers la voix de Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice générale de la coalition.
« Ma déception après l’assise du comité de suivi de la #CEDEAO au #Togo est de n’avoir pas arraché la libération immédiate des détenus, alors que l’un des nôtres a cessé de s’alimenter pour cette cause », a posté ce lundi 24 septembre 2018, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson sur son compte twitter.
Selon la coordinatrice de la C14, les détenus doivent être libérés pour un dénouement rapide de la crise. Elle a également indiqué que la coalition n’abdiquera pas face à cette question.
Du côté du parti au pouvoir et du gouvernement, on estime avoir beaucoup fait sur cette question et on avance comme preuve, les dizaines de libérations déjà intervenues depuis le début des discussions inter-togolaises en février 2018 et inscrites à l’agenda des mesures d’apaisement.
Raphaël A.
 
afreepress
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

75 − = 74