Affaire de pétrole « exporté » par le Togo : L’Ambassade des Etats-Unis au Togo réagit


Robert-Whitehead

L’affaire de pétrole « exporté » par le Togo – informations publiées ces derniers jours par le quotidien privé Liberté – fait grands bruits. Selon le journal citant le site gouvernemental américain (www.eia.gov), le Togo a exporté entre 1996 et 2012, au moins 853.000 barils de pétrole.

« Du pétrole a été exporté du Togo vers les Etats-Unis. Le pays n’est plus à l’étape de la prospection, ou peu importe le terme approprié. Jamais les autorités n’ont vraiment communiqué à propos. Sujet sensible, diront certains. Quantités exportés trop faibles, diront d’autres. La préoccupation à laquelle il urge que les autorités répondent, concerne la levée du voile sur les contours d’une ressource qui, ailleurs, est source de conflits et de guerres », avait écrit Liberté.

« C’est ainsi qu’on apprend qu’en 1996, 55.000 barils ont été importés, 246.000 barils en mars et juin 1997, 127.000 barils en janvier 2000 et douze ans plus tard, soit en 2012, 425.000 barils en août et octobre. Soit un total de 853.000 barils de pétrole », avait ajouté le journal.

Le ministre des mines et de l’énergie Dammipi Noupokou est ensuite monté au créneau pour apporter des éléments des éclaircissements. Il a même organisé une rencontre avec des journalistes dont l’auteur de l’article.

Le Togo « n’a jamais exploité ou exporté du pétrole. Ce sont des contre-vérités qui sont publiées », a affirmé le ministre.

« Nous ne pouvons pas refuser à des journalistes de publier des informations sur un site, mais il faudrait que l’élément publié soit exactement ce qui est sur le site. L’article paru sur le site n’a jamais parlé de barils de +pétrole+, mais plutôt de +produits pétroliers+ ou +autres produits dérivés+. L’information est dénaturée. Et c’est très dangereux, car tous les sujets qui concernent le pétrole sont sensibles », avait-il souligné.

Lundi, le quotidien Liberté est revenu sur le même sujet, titrant à sa +Une+ : « Gestion des ressources énergétiques au Togo : Malgré les sorties médiatiques du ministre Dammipi, le mystère demeure autour de l’affaire d’exportation de produits pétroliers vers les Etats-Unis / Le ministre des mines démenti par un responsable du Complexe pétrolier de Lomé (COMPEL) ».

Dans un communiqué transmis à l’Agence Savoir News, l’Ambassade des Etats-Unis a réagi.

« L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Togo tient à apporter quelques précisions sur certaines données qui peuvent avoir été mal interprétées : Les chiffres liés à l’exportation ont pu être interprétés comme la preuve que le Togo est lui-même un pays exportateur ou raffineur de pétrole. Les chiffres faisant référence à l’exportation comprennent les produits pétroliers qui transitent par Togo en provenance d’autres pays, et ne devraient pas indiquer une certaine production, raffinage ou de réserve de pétrole au Togo », souligne le communiqué.

« En effet, le même site (www.eia.gov) qui publie les données à l’exportation citées par les médias rapporte que, remontant à au moins 1980, le Togo n’a jamais produit de pétrole (ou tout autre produit pétrolier), ni raffiné du pétrole (ou tout autre produit pétrolier). Enfin, l’EIA indique sur son site que le chiffre total de réserves prouvées de pétrole au Togo est de zéro, et que ce chiffre a été nul pour chaque année depuis 1980″, poursuit le texte.

« A la connaissance du Gouvernement des États-Unis, tout baril de pétrole ou tout produit pétrolier exporté du Togo vers les Etats-Unis est, et a été produit et raffiné dans un pays autre que le Togo. Le Gouvernement des Etats-Unis n’a pas d’information qui suggère que le Togo produise actuellement, ou ait jamais été, un pays producteur ou raffineur de pétrole », ajoute le communiqué. FIN

En Photo : Robert Whitehead, l’ambassadeur des USA au Togo

Edem Etonam EKUE

 

Savoir News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils