Après le carburant, l’électricité flambe en attendant l’eau et le péage : Le pouvoir entre cynisme, méchanceté et promotion de l’indifférence à la misère du peuple

0
31


Le chef de l’Etat togolais a procédé lundi 04 mars 2019 au lancement officiel du Plan National de Développement (PND) qui a l’horizon 2022, devait contribuer à changer le Togo en profondeur.

Pour Faure Gnassingbé, le PND est la clé pour « l’édification d’un Togo moderne, prospère et stable » et d’ajouter que « la croissance ne vaut que par sa capacité à être inclusive et le développement n’a de vertu que lorsqu’il parvient à se frayer un chemin jusqu’aux hameaux lointains et à vivre dans tous les foyers. Nous sommes déterminés à réaliser cette évolution quantitative, et convaincus que nous en sommes capables ».

Le coût du PND est estimé à 4622 milliards FCFA dont 65% doivent venir des partenaires extérieurs. Selon les concepteurs, ce plan permettra de créer au moins 500.000 emplois, d’accroître le revenu par tête de 9,7%. Au final, cette performance devait induire une baisse significative de l’incidence de la pauvreté monétaire à 44,6%.

Après le lancement de ce PND à la suite d’autres sigles à l’instar de DSRP I et II, PPTE, PUDC, SCAPE sans résultats concrets, beaucoup de Togolais sérieux commençaient à s’interroger sur l’origine des fonds devant l’alimenter. Les réponses n’ont pas tardé à sortir.

Faure ou le promoteur de l’indifférence à la misère du peuple

La Taxe sur les Véhicules à Moteur (TVM) de l’Office Togolais des Recettes (OTR) a lancé les hostilités contre le peuple meurtri, fatigué et désabusé. Cette nouvelle taxe oblige les responsables de motocyclette de 125m3 et plus à verser 15.000FCFA pour toute la durée de vie ou d’utilisation, de tricycle à payer 40.000 FCFA pour toute la durée de vie, de voiture de moins de 5 chevaux-vapeur à verser 10.000 FCFA par an et de voiture de 5 à 7 chevaux-vapeur à aussi payer 20.000 FCFA par an.

L’effectivité de cette nouvelle taxe va induire des effets considérables notamment l’augmentation des prix des produits de première nécessité. Pendant que la majorité opprimée du peuple togolais réfléchissent sur cette taxe annoncée pour dit-on, aider à l’aménagement des infrastructures routières, c’est le prix du carburant qui a flambé.

En effet, le gouvernement a procédé sans explication à l’augmentation des prix des produits pétroliers le 19 mars dernier où les Togolais payent désormais le super sans plomb à 564 F, le pétrole lampant à 505 F, le Gas-oil à 567 F et le mélange 2 temps à 661 F. Des gens qui n’ont jamais payé carburant parce que disposant des bons d’essence en quantité industrielle, comment peuvent-ils mesurer l’ampleur des dégâts dont ils sont à l’origine ?

Toutes les questions liées à cette hausse sont en l’air sans explication quand dans un arrêté en date du 1er mars 2019 et qui circule depuis hier dimanche, on évoque l’augmentation de la redevance relative aux charges d’éclairage public.

Dans cet arrêté interministériel N°009/MME/MEF/MCIDSPPCL/MATDCL portant modification de la redevance pour éclairage public, il est indiqué en son article premier que « la redevance pour participation aux charges d’éclairage public institué par l’arrêté interministériel n°019/MME/MEF/MPR-PDAT/MCPSP du 26 novembre 2010 est modifié comme suit : pour les clients en basse tension : 5 F CFA par kilowattheure facturé, pour les abonnés moyenne tension et de la Zone Franche : 6 F par kilowattheure facturé ».

Et cet arrêté prend effet à compter de la facturation du mois de février 2019 ». Cette redevance perçue sans aucun bilan au peuple depuis 9 ans, était de un franc (1) FCFA. Aujourd’hui, elle passe à 5FCFA pour les clients en basse tension et 6 FCFA pour ceux en moyenne tension par kilowattheure. Une augmentation exponentielle et anarchique qui aura de lourdes conséquences sur le quotidien des Togolais.

L’exacerbation de la crise politique à partir du 19 août 2017 a plombé davantage les activités dans le pays. Et le scrutin législatif du 20 décembre 2018 a fini par convaincre les plus incrédules que le pouvoir des Gnassingbé est décidé à détruire encore et davantage le peu d’espoir de changement au Togo. Et ceci a contribué à aggraver la misère au Togo. Et si en dépit de tout ceci, le gouvernement dans la promotion de l’indifférence à la misère du peuple, corse l’addition avec l’électricité, il y a lieu de s’interroger sérieusement sur l’utilité de Faure Gnassingbé et de ses apparatchiks.

Pis, l’Association Togolaise des Consommateurs parle d’une possible augmentation de la facture de l’eau au Togo. En ce moment où s’accentue la misère au Togo, c’est une raison de plus pour les Togolais de savoir davantage qu’ils ne sont aucunement en sécurité sous ce régime.

Kokou AGBEMEBIO
 
source : Le Correcteur
 

Laisser un commentaire