La balance des paiements enregistre un déficit de 76,490 milliards FCFA en 2014 au Togo selon la BCEAO

0
398

siege_boad


La balance des paiements du Togo a enregistré en 2014 un déficit de 76,490 milliards FCFA contre un excédent de 41,570 milliards FCFA en 2013, a appris vendredi APA auprès du siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).
 
«Cette évolution résulte d’une sortie nette de 174,055 milliards FCFA du solde du compte financier, atténuée par une amélioration de 54,369 milliards du déficit courant et d’une hausse de 1,930 milliard de l’excédent du compte de capital », note l’institut d’émission.
 
Quant au déficit hors dons publics rapporté au produit intérieur brut (PIB), il se situe à 11,9% contre 15,7% en 2013, en liaison notamment avec des améliorations des soldes des services, des revenus primaires et, surtout, des revenus secondaires. Le déficit structurel du solde des transactions courantes s’est amélioré, en passant de 280,741 milliards FCFA en 2013 à 226,373 milliards en 2014, en dépit de la dégradation de 1,9% de la balance commerciale.
 
Le compte de capital a dégagé un solde excédentaire de 157,538 milliards contre 155.608 milliards en 2013, soit une hausse de 1,2%, en liaison essentiellement avec la progression des envois de fonds des travailleurs migrants destinés aux investissements.
 
« Ainsi, souligne la BCEAO, les échanges avec l’extérieur se sont soldés en 2014 par un besoin de financement de 68,835 milliards FCFA non couvert par les opérations financières.
 
Les transactions extérieures se sont soldées, en 2014, par une baisse des avoirs extérieurs nets (AEN) des institutions monétaires de 76,490 milliards, sous l’effet conjugué des replis respectifs de 63,608 milliards des AEN de la BCEAO et 12.882 milliards de ceux des banques de dépôts.
 
S’agissant de la position extérieure globale nette, la BCEAO note qu’elle a enregistré un repli de 112,998 milliards avec un solde net de 483,592 milliards contre 596,590 milliards un an plus tôt, en raison principalement de la progression des engagements au titre des autres investissements, en particulier les prêts et les crédits commerciaux.
 
source : agence presse africaine
 

Laisser un commentaire