BollorĂ©gate : la GuinĂ©e s’est prononcĂ©e, le Togo reste muet

0
330

Faure GnassingbĂ© et Vincent BollorĂ© Ă  l’inauguration de CanalOlympia Ă  LomĂ©


Le flou autour de la concession des ports de LomĂ© et de Conackry a finalement eu raison de Vincent BollorĂ©, le patron du groupe BollorĂ©. ConvoquĂ© ce 24 avril 20018 par la Police judiciaire française, l’industriel français a Ă©tĂ© placĂ© en garde-Ă -vue, ainsi que le directeur gĂ©nĂ©ral du groupe BollorĂ©, Gilles Alix, et le responsable du pĂŽle international de Havas, Jean-Philippe Dorent.
L’affaire remonte Ă  2010. Havas, la filiale du groupe a assurĂ© la communication durant la campagne prĂ©sidentielle du Chef d’état togolais, Faure GnassingbĂ© et son homologue guinĂ©en, Alpha CondĂ©. AprĂšs une campagne de communication rĂ©ussie et couronnĂ©e par la rĂ©Ă©lection des deux chefs d’Etat africains, le groupe a dĂ©crochĂ© en 2011 la concession de deux terminaux Ă  conteneurs aux ports de LomĂ© et de Conackry pour une trentaine d’annĂ©es.
Une coĂŻncidence qui aiguise la curiositĂ© de la Police judiciaire française, qui soupçonne Havas d’avoir surfacturĂ© ses missions de conseils de communication pour obtenir en faveur du groupe français, la concession des deux ports africains.
Selon le journal français le Monde, une perquisition au siÚge du groupe en avril 2016 a permis à la justice française de mettre la main sur des documents compromettants qui fondent ses soupçons de corruption.
Depuis ce mardi matin, les réactions sont légion sur les soupçons de corruption qui pÚsent sur le patron du Groupe Bolloré. La Guinée Conackry est la premiÚre à réagir par la voix du porte-parole de son gouvernement, Damantang Albert Camara.
« La concession accordée au groupe Bolloré pour le port de Conakry est strictement conforme à la loi », a-t-il informé sur Rfi.
Quant au groupe BollorĂ©, il affirme avoir fait les choses dans les rĂšgles de l’art. « Les prestations relatives Ă  ces facturations ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es en toute transparence », a-t-il rĂ©itĂ©rĂ© dans un communiquĂ© rendu public il y a quelques heures.
Seul le gouvernement togolais reste pour le moment muet sur le sujet.
Le gouvernement togolais et le groupe français continuent d’entretenir de bonne relation. En tĂ©moigne la chaleureuse poignĂ©e de main entre le prĂ©sident togolais, Faure GnassingbĂ© et Vincent BollorĂ© en octobre 2017 Ă  l’inauguration de la salle de cinĂ©ma CanalOlympia Ă  LomĂ©, alors que la crise politique Ă©tait Ă  son comble.
Le flou autour de la concession des ports de LomĂ© et de Conackry a finalement eu raison de Vincent BollorĂ©, le patron du groupe BollorĂ©. ConvoquĂ© ce 24 avril 20018 par la Police judiciaire française, l’industriel français a Ă©tĂ© placĂ© en garde-Ă -vue, ainsi que le directeur gĂ©nĂ©ral du groupe BollorĂ©, Gilles Alix, et le responsable du pĂŽle international de Havas, Jean-Philippe Dorent.
L’affaire remonte Ă  2010. Havas, la filiale du groupe a assurĂ© la communication durant la campagne prĂ©sidentielle du Chef d’état togolais, Faure GnassingbĂ© et son homologue guinĂ©en, Alpha CondĂ©. AprĂšs une campagne de communication rĂ©ussie et couronnĂ©e par la rĂ©Ă©lection des deux chefs d’Etat africains, le groupe a dĂ©crochĂ© en 2011 la concession de deux terminaux Ă  conteneurs aux ports de LomĂ© et de Conackry pour une trentaine d’annĂ©es.
Une coĂŻncidence qui aiguise la curiositĂ© de la Police judiciaire française, qui soupçonne Havas d’avoir surfacturĂ© ses missions de conseils de communication pour obtenir en faveur du groupe français, la concession des deux ports africains.
Selon le journal français le Monde, une perquisition au siÚge du groupe en avril 2016 a permis à la justice française de mettre la main sur des documents compromettants qui fondent ses soupçons de corruption.
Depuis ce mardi matin, les réactions sont légion sur les soupçons de corruption qui pÚsent sur le patron du Groupe Bolloré. La Guinée Conackry est la premiÚre à réagir par la voix du porte-parole de son gouvernement, Damantang Albert Camara.
« La concession accordée au groupe Bolloré pour le port de Conakry est strictement conforme à la loi », a-t-il informé sur Rfi.
Quant au groupe BollorĂ©, il affirme avoir fait les choses dans les rĂšgles de l’art. « Les prestations relatives Ă  ces facturations ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es en toute transparence », a-t-il rĂ©itĂ©rĂ© dans un communiquĂ© rendu public il y a quelques heures.
Seul le gouvernement togolais reste pour le moment muet sur le sujet.
Le gouvernement togolais et le groupe français continuent d’entretenir de bonne relation. En tĂ©moigne la chaleureuse poignĂ©e de main entre le prĂ©sident togolais, Faure GnassingbĂ© et Vincent BollorĂ© en octobre 2017 Ă  l’inauguration de la salle de cinĂ©ma CanalOlympia Ă  LomĂ©, alors que la crise politique Ă©tait Ă  son comble.
 
Global actu/http://globalactu.com/index.php/politique/item/1295-bolloregate-la-guinee-s-est-prononcee-le-togo-reste-muet
 

Laisser un commentaire