C14 : Jean Pierre Fabre ne comprend pas l’attitude du PNP, du CAR et des partis déserteurs

0
84


Jean-Pierre Fabre, Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) ne considère pas le pouvoir de Faure Gnassingbé comme un « simple adversaire politique », mais bien plus que ça.En tout cas, c’est ce que le leader de l’ANC, parti membre de la coalition de l’opposition a laissé entendre ce lundi 18 mars 2019 sur les ondes de Victoire Fm, une radio privée de la place.

Pour l’ex-chef de file de l’opposition, le pouvoir en place reste pour lui un « ennemi » même en dehors de la scène politique. « Les gens du régime auquel je fais face sont plus que mes adversaires politiques. Cela fait plus de six ans que je suis inculpé injustement dans l’affaire d’incendie au Togo. On dit que j’ai brûlé le grand marché de Lomé alors que ceux qui m’accusent savent très bien que je n’est rien à avoir avec cette affaire. Depuis ces six années, je suis humilié dans cette affaire. Voici pourquoi ils ne sont pas de simples adversaires politiques pour moi, mais plutôt mes ennemis. Mais ce n’est pas ça qui va affaiblir la lutte que je mène pour l’alternance dans ce pays », a-t-il déclaré ce lundi dans une émission animée en langue locale.

M. Fabre dit ne pas comprendre le comportement de ses collègues des cinq autres formations politiques qui ont décidé de suspendre leur participation à la C14.

« Quand on mène une même lutte au sein d’une coalition et on se rend compte qu’il y a des dysfonctionnements, il faut marquer un arrêt et voir ce qui ne va pas et surtout définir les règles pour l’aboutissement de la lutte. Mais c’est le contraire qu’on voit chez nos camarades. Quand on décide ensemble de faire quelque chose, un parti dit que cela ne lui convient pas et part pour étaler ce qu’on s’est dit entre nous sur la place publique. Tout ça démobilise la population », a-t-il vivement condamné en faisant allusion aux comportements du Parti national panafricain (PNP) de Salifou Tikpi Atchadam, du Comité d’action pour le renouveau (CAR) de Me Yawovi Agboyibo et de trois autres formations politiques qui ont mis entre parenthèses, leur participation aux activités de la coalition.

« J’ai toujours de l’espoir dans cette lutte sinon je ne serai pas ici en train de parler. Je serai chez moi en train de dormir. Je tiens à rappeler que l’alternance au Togo est un combat de tous Togolais sans distinction. Ce n’est pas une affaire de la coalition et si le peuple décide, nous allons faire partir ce régime », a martelé l’ex-chef de file de l’opposition.

Raphaël A.
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire