Le CAP 2015 condamne la préparation unilatérale des élections locales

0
669

© togoactualite – Le CAP 2015 a dénoncé et condamné fermement, ce jeudi au cours d’une conférence de presse, à Lomé, la conduite unilatérale et en catimini du processus de décentralisation en cours par le chef de l’Etat et le gouvernement.
Pour le CAP 2015, un regroupement de quatre partis politiques de l’opposition à savoir l’ANC, la CDPA, le PSR et l’UDS-Togo, les autorités togolaises refusent à mettre à la disposition de l’opposition les documents pertinents de la feuille de route de cette décentralisation.
 
cap2015_07avril2016


« Le gouvernement doit faire marche-arrière. On ne peut pas continuer par employer la même méthode. Lorsqu’il s’agit d’un sujet aussi important, on prend la peine de consulter, on prend la peine d’arriver à un consensus. On ne s’amuse pas à jouer le jeu auquel on a joué lorsqu’il c’était agit de faire les réformes institutionnelles et constitutionnelles il y a quelques mois », a déclaré devant la presse la présidente du CAP 2015, Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson.
 
Pour l’ancien rapporteur de la Conférence nationale, il est temps qu’on s’asseye sur la base de proposition concrète et discuter pour arrêter « la dérive » sur ces sujets de manière « dépassionnée ».
Mais d’ores et déjà le CAP 2015 instamment que ces discussions tournent autour des préoccupations comme le cadre institutionnel de la décentralisation, les échelons de collectivités territoriales et leur configuration, le découpage électoral, le fichier et le mode de scrutin.
 
Le récent découpage administratif décidé par le gouvernement en conseil des ministres, n’a pas échappé à cette coalition de partis politiques. Il s’agit de découpage a visée électoralistes, a déclaré le professeur Wolou Komi, membre de la Coalition.
 
« Quand vous créez des préfectures, il est fort probable que quand les élections viendront on dise qu’on y affecte tel nombre de députés. Mais ça se fait aujourd’hui dans notre pays de manière hasardeuse comme si on veut satisfaire un intérêt partisan. Nous ne pensons pas que l’action gouvernementale doit alimenter cela. Nous devons sortir de cette lutte partisane. Il y a un minimum qu’on peut considérer comme le socle pour que nous puissions tous vivre ensemble dans la cohésion nationale et la concorde », a souligné le premier responsable du PSR avant de demander au gouvernement de revoir sa copie dans l’intérêt de notre pays.
 
Pour finir le CAP 2015 demande au gouvernement de revenir de manière transparente à un calendrier conséquent, assorti des grandes lignes d’un chronogramme réaliste pour la gestion consensuelle du processus de décentralisation et l’organisation des prochaines élections locales.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

65 + = 69