Accueil INTERNATIONAL AFRIQUE Côte d’Ivoire: « Risques d’explosion » à la présidentielle de 2020

Côte d’Ivoire: « Risques d’explosion » à la présidentielle de 2020

- Advertisement -

La présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire présente des risques « d’explosion de violences », estime un rapport publié cette semaine par une ONG américaine, près de dix ans après la crise post-électorale qui avait 3.000 morts en 2010-2011.

Dans son rapport de 28 pages, le centre de prévention des génocides, qui fait parie du musée de l’Holocauste à Washington, estime que « des événements déclencheurs pourraient se produire d’ici un à deux ans, avant, pendant ou après les élections prévues pour l’automne 2020 » et conduire à une « explosion de violences ».

« Parmi les risques d’explosion potentiels, on compte l’investiture de membres de la Commission électorale indépendante (CEI), l’impression que des partisans influents sont ciblés à des fins de poursuites judiciaires, une mauvaise gestion du retour de l’ancien président Laurent Gbagbo suite au procès à la Cour pénale internationale de La Haye, et l’annonce des résultats électoraux ».

« La rupture d’anciennes alliances politiques, les divisions partisanes entre forces armées, la perception par les partis d’opposition politique que le parti au pouvoir abuse de son autorité, un accès généralisé aux armes, et des allégations dangereuses dans le discours politique et public », sont aussi énuméré dans le rapport.

« Quel que soit le scénario, nous estimons que les violences ne commenceraient pas au niveau de la direction des partis (…) Elles seraient plutôt déclenchées par des manifestations, qui pourraient dégénérer en émeutes, avec l’arrivée de groupes de jeunes affiliés aux partis (et pouvant éventuellement se procurer des armes), de milices communales, de compagnies de sécurité privées, de groupes d’ex-combattants, et de l’armée », poursuit le rapport.

Lundi, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, un magistrat, ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel ivoirien, a été élu président de la nouvelle CEI qui devra organiser la présidentielle de 2020 alors que l’opposition continue à protester contre ce nouvel organisme.

« Même après la nomination des membres, il reste que la CEI ne fait l’unanimité. Or pour une commission il faut qu’elle jouisse d’une légitimité pour que les élections puissent être vues comme transparente.

Même si elle fait un travail excellent, il y a un discrédit qui sera jeté sur les résultats », a expliqué à l’AFP, Arsène Brice Bado, l’un des rédacteurs du rapport.

La crédibilité de la CEI est cruciale en vue de la présidentielle de 2020 qui s’annonce tendue, dix ans après la crise post-électorale ivoirienne, qui s’était soldée par plus de 3.000 morts après le refus du président Gbagbo d’admettre sa défaite face à l’actuel chef d’Etat, Alassane Ouattara.

SOURCE : AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

40 − = 34

LES + LUS

Renonciation à la nationalité togolaise : Les raisons profondes d’un phénomène devenu banal

photo@face Afrique Cinq cents (500) Togolais autorisés à perdre leur nationalité togolaise. C’est l’un des sujets sur lesquels a...

Tarification des services de la Police nationale La LCT dénonce un acharnement fiscal

Dans un arrêté ministériel en date du 04 novembre 2019, le ministre de l’Economie et des Finances, Sani...

Présidentielle de 2020 : Le plan B d’UNIR au cas où Faure Gnassingbe déclinait l’offre de candidature

Invité dimanche 10 novembre 2019 dans une émission sur radio Pyramide Fm, l'ex-ministre Charles Kondi Agba, l'actuel...

Présidentielle 2020 au Togo : Des émissaires de la CEDEAO et l’ONU à Lomé pour s’assurer du bon déroulement du processus

Ibn Mohamled CHAMBAS La Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Organisation des...

Vote de la diaspora : Véritable pétard mouillé.

Des membres de la diaspora togolaise en Côte d’Ivoire lors d’une manifestation anti-Faure Gnassingbé – RPT/UNIR à Abidjan le 19 novembre...