Crise Politique au Togo : Un An aprĂšs le dĂ©but des Manifestations, OĂč en est-on ?

0
267


Un an aprĂšs le dĂ©but de la vague de protestations au Togo, l’opposition est au carrefour de son combat politique : le dialogue engagĂ© avec le pouvoir n’a pas eu l’impact attendu. Les manifestations qui demeuraient sa seule arme sont Ă©touffĂ©es par la police. Regard rĂ©trospectif sur cette crise.
Samedi 19 aoĂ»t 2017. JournĂ©e noire au Togo. Le pays s’est rĂ©veillĂ© au son du mĂ©contentement de l’opposition et de ses partisans qui ont organisĂ© dans plusieurs villes des manifestations simultanĂ©es. Objectif visĂ©, exiger le dĂ©part de Faure GnassingbĂ© au pouvoir depuis 2005 et successeur de son pĂšre GnassingbĂ© EyadĂ©ma qui a dirigĂ© le pays pendant 38 ans.
L’opposition qui a uni ses forces au sein d’une coalition de quatorze partis rĂ©clament en outre la limitation Ă  deux du nombre de mandats prĂ©sidentiels, qui doit ĂȘtre rĂ©troactive, ce qui empĂȘcherait le chef de l’Etat de se reprĂ©senter en 2020 pour un quatriĂšme mandat.
Pour faire plier le rĂ©gime, l’opposition a mobilisĂ© chaque semaine des milliers de partisans dans les rues du Togo. Non sans susciter une riposte musclĂ©e des forces de sĂ©curitĂ©. Des dizaines de personnes sont tuĂ©es, des dizaines d’autres blessĂ©es. Mais LomĂ© n’a pas cĂ©dĂ© pas.
L’option du dialogue
Un an plus tard, les clameurs se sont tues, du moins aux quatre coins du pays. Mi-fĂ©vrier, aprĂšs plusieurs Ă©checs, le bloc de la CommunautĂ© Ă©conomique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a finalement rĂ©ussi Ă  faire asseoir sur une mĂȘme table les protagonistes de la crise, Ă  l’initiative du rĂ©gime togolais. Corollaire de ces pourparlers, l’interdiction jusqu‘à fin juillet des manifestations de l’opposition, dans l’attente des conclusions de la CĂ©dĂ©ao.
Fin juillet, le CĂ©dĂ©ao a livrĂ© sa feuille de route dans laquelle il recommande l’amĂ©lioration du cadre Ă©lectoral. Les dirigeants ouest-africains ont notamment plaidĂ© pour la tenue dâ€˜Ă©lections lĂ©gislatives d’ici Ă  la fin de l’annĂ©e au Togo. “La confĂ©rence des chefs d’Etat exhorte le gouvernement Ă  procĂ©der Ă  la rĂ©vision intĂ©grale du fichier Ă©lectoral en vue de l’organisation, le 20 dĂ©cembre 2018 des Ă©lections lĂ©gislatives”, pouvait-on lire dans le communiquĂ© final du Sommet.
“La ConfĂ©rence fĂ©licite l’opposition pour son esprit d’ouverture et son sens de la responsabilitĂ© et d’avoir souscrit au dialogue”, soulignent les chefs d’Etats africains, qui ont toutefois concĂ©dĂ© deux points Ă  l’opposition : le vote de la diaspora et le scrutin Ă  deux tours pour la prĂ©sidentielle prĂ©vue, elle, en 2020.
Vers une sortie de crise imminente ?
L’opposition, elle, ne veut pourtant pas entendre parler dâ€˜Ă©lections, car elle les redoute “frauduleuses”. Elle a du reste dĂ©noncĂ© “plusieurs insuffisances majeures, notamment l’absence de l’évocation d’un gouvernement de transition chargĂ© de conduire les rĂ©formes institutionnelles et Ă©lectorales et de la question sĂ©curitaire”.
“La coalition dĂ©plore surtout que les chefs d’Etat de la CEDEAO n’aient pas jugĂ© opportun d’examiner le cƓur du problĂšme togolais, qui est l’obstination du chef de l’Etat togolais, Faure GnassingbĂ©, Ă  se porter candidat pour un quatriĂšme mandat en 2020. Alors que la rĂšgle au sein de la CEDEAO (
) est de deux mandats”, souligne le communiquĂ©.
MalgrĂ© ces points de dĂ©saccord, l’opposition togolaise espĂšre croire en la bonne volontĂ© de la CĂ©dĂ©ao Ă  Ɠuvrer pour l’application des rĂ©formes. “Il faut qu’on puisse voir l’exĂ©cution vĂ©ritable du processus pour les rĂ©formes. Et si cela n’est pas mis en jeu, c’est la CĂ©dĂ©ao qui perd sa crĂ©dibilitĂ©, et c’est tout le peuple togolais qui perd confiance en l’institution”, a prĂ©venu David Dosseh, membre de la coalition.
En attendant, la crise a laissé une économie en détresse qui attend une paix effective afin de convaincre à nouveau les investisseurs. Sur le plan humanitaire, des centaines de Togolais se sont réfugiés dans le pays voisin, au Ghana, en espérant la fin de la crise qui semble imminente.
Carole Kouassi
Source : AfricaNews
 

Laisser un commentaire