Accueil SOCIÉTÉ EDUCATION Déclaration de l’ASVITTO relative à la crise dans le secteur scolaire

Déclaration de l’ASVITTO relative à la crise dans le secteur scolaire

- Advertisement -

ASVITTO_500

DECLARATION

 
L’ASVITTO apporte tout son soutien aux syndicats des enseignants (SYNPETT, SNEETFP, SESTO, SEPPTO) et appelle à une mobilisation générale pour sauver la relève de demain
 
L’Association des Victimes de Torture au Togo (ASVITTO) suit avec une attention particulière la crise qui secoue le secteur de l’éducation depuis la rentrée scolaire tardive 2016-2017. Elle a également en mémoire les malheureux événements de Dapaong et de Gléi qui ont occasionné les conséquences douloureuses dans les rangs des élèves et endeuillé des familles à cause des crises similaires entre le gouvernement et les syndicats.
 
S’agissant de la crise actuelle qui secoue le secteur de l’éducation, l’ASVITTO pour sa part trouve très légitimes les revendications des enseignants et souhaiterait à cet effet inviter le gouvernement à son devoir d’ouverture, d’écoute et de discussion avec les responsables syndicaux en vue d’une issue consensuelle et salutaire de la crise.
Ce qui est resté constant est la grande inégalité qui continue dans le domaine de l’éducation où les enfants issus de la « minorité qui accapare les richesses du pays » sont formés dans les bonnes écoles, tandis que celles qui sont réservées à la majorité des Togolais ont non seulement des infrastructures délabrées mais aussi et surtout leurs enseignants sont traités avec mépris par le gouvernement et abandonnés dans des conditions misérables.
 
L’ASVITTO invite les dirigeants à corriger cette grave injustice sociale en optant pour une solution durable qui passe absolument par le respect des droits des enseignants car l’heure n’est plus à l’arrogance ni aux propos belliqueux que tiennent certains ministres sur les médias d’Etat relativement à cette crise.
 
L’ASVITTO voudrait apporter tout son soutien aux quatre syndicats (SYNPETT, SNEETFP, SESTO, SEPPTO) et les encourager à ne pas céder aux intimidations ni aux menaces dans les revendications de leurs droits ; elle voudrait également interpeller les associations des parents d’élèves, la société civile et les populations Togolaises à une mobilisation générale pour accompagner les élèves dans la défense de la cause commune.
 
Enfin l’ASVITTO voudrait demander au Chef de l’Etat, son Excellence Faure GNASSINGBE de rappeler à l’ordre certains de ses collaborateurs car l’Etat doit être au service des citoyens et non pas le contraire. Ceci étant, les ministres qui continuent par manquer du respect aux autres citoyens devront être disciplinés par leur hiérarchie car ils ne doivent pas ignorer qu’ils vivent grâce aux efforts des populations et les médias d’Etat qui sont injustement à leurs seuls services sont aussi entretenus par tous les Togolais.
 
Fait à Lomé, le 16 décembre 2016
Pour l’ASVITTO
Le Secrétaire Général
Monsieur ATCHOLI Kao M.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 1 = 1

LES + LUS

Togo : La Théâtralisation de la République

Jouissance maladive du pouvoir, chaque jour est une humiliation pour Faure Gnassingbé Ils sont...

Togo : Togocel, un Réseau de Merde à la Limite de l’Escroquerie. Tel Pays, Telle Société d’État !

Le Réseau Togo Cellulaire, c’est la cynique histoire entre une société de téléphonie mobile et une population...

Togo, Malversations à l’INAM : Fragrant délit pour Myriam Dossou?

Myriam Dossou d’Almeida est Directrice Générale de l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) depuis 2012 Lorsqu’un pays...

Présidentielle 2020: Faure « ne peut plus briguer un 4e mandat présidentiel, sans créer un climat de tensions sociopolitiques », avertit Fabre

M.Fabre à l'ouverture du congrès. Le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé « ne peut plus briguer...

Togo, Prostitution : Le mode opératoire des proxénètes de Bar à Lomé

Le phénomène de la prostitution à Lomé se repend du centre-ville aux quartiers périphériques où les bars...