Dernière session à l’Assemblée nationale : Les regrets de Dama Dramani

0
335


Les députés de la 5e législature ont tenu leur dernière session ce vendredi 28 décembre à l’Assemblée nationale. Cette session a été consacrée à l’étude de la loi modifiant la loi N°2017-008 du 29 juin 2017 portant création des communes au Togo. Mais les députés de l’opposition ont tout simplement boycotté la session de ce vendredi.
Cette 5e législature, à en croire les informations, a connu onze (11) sessions ordinaires, douze (12) sessions extraordinaires et cent quarante-six (146) séances plénières consacrées à des discussions législatives, aux questions au gouvernement, aux recommandations du gouvernement, aux communications du gouvernement et à des nominations.
Aussi, cent dix-sept (117) lois ont-elles été votées par l’Assemblée nationale au cours de ces 5 dernières années. Ce sont des lois de finances et des lois de règlements, le code des douanes, la loi portant liberté d’accès à l’information et à la documentation, la loi anti-corruption, la loi portant code foncier et domanial. Cette législature a aussi été marquée par la construction d’un nouveau siège pour le parlement.

La seule fausse note de cette législature est qu’elle n’a pas réussi à opérer les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales comme l’a souhaité le peuple togolais. « Il faut l’admettre. Nous n’avons pas réussi à jouer jusqu’au bout, avec patriotisme le rôle essentiel qui est le nôtre pour le renforcement de la démocratie dans notre pays, à savoir la partition qui découle du mandat à nous confié par les populations à travers leurs suffrages », a regretté le président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani.

Et d’ajouter : « Nous avons été rattrapés par les démons de la politique politicienne, chacun appelé par les circonstances à défendre becs et ongles sa chapelle. Aurions-nous pu faire autrement ? Ma réponse est NON ».
Dama Dramani se donne espoir que la prochaine législature pourrait arriver à réaliser ces réformes. « Il faut espérer qu’à l’avenir la donne change au parlement pour voir s’opérer par voie parlementaire les réformes politiques et institutionnelles acceptées et souhaitées par tous », a-t-il dit.
Il faut peut-être le rappeler, la nouvelle Assemblée nationale entre en fonction le mardi qui suit la proclamation définitive des résultats issus des élections législatives. Sauf que ces élections ont été boycottées par la majorité des Togolais et la Coalition des 14 partis de l’opposition.
I.K
 
source : icilome
 

Laisser un commentaire