Donald Trump réfugié dans son bunker de la Maison-Blanche pendant les manifestations à Washington

0
512

Tout a commencé à Minneapolis, Minnesota, avec la mort de George Floyd, un afro-américain de 46 ans victime de la brutalité policière de l’officier Derek Chauvin. La mort de trop dans un pays où la population noire n’a déjà vécu que trop de bavures policières. La ville de Minneapolis s’est enflammée mais depuis six jours d’autres foyers de contestation – Boston, Los Angeles – continuent d’émerger. Les consciences semblent s’éveiller et le slogan Black Lives Matter (La vie des noirs compte, ndlr) semble enfin trouver écho dans certaines consciences. Loin de jouer la carte de l’apaisement, le 45e président américain a rajouté de l’huile sur le feu : aucune prise de parole officielle en direct du Bureau ovale mais des tweets vengeurs dans lesquels il traite de Thugs (voyous, ndlr) les manifestants qui ne font pourtant qu’exiger l’égalité des droits et la justice. Donald Trump a donc vu débarquer sous les fenêtres de la Maison-Blanche des manifestants ivres de colère qui ont contraint le Secret Service à un choix radical : celui de mettre le président à l’abri.

Une heure dans les souterrains de la Maison-Blanche

Alors que la police usait de tirs de gaz lacrymogènes afin de faire reculer les contestataires armés de bouteilles d’eau et de pierres, le président a été exfiltré avec sa femme Melania et leur fils Barron dans le bunker souterrain présidentiel selon les informations révélées par le New York Times. D’après la chaîne CNN, le passage par le bunker – conçu pour protéger le président.

Voici.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1 + 5 =