Doufelgou : Les populations de Tchoré dressent un cinglant réquisitoire contre le chef imposé Atcham

0
1103
PAYADOWA BOUKPESSI

Dans notre parution N°3208 du 12 août 2020, nous évoquions la colère des populations du canton de Tchoré dans le Doufelgou, vent debout contre l’imposition d’un chef illégitime par certains barons du milieu. Seulement, au lieu d prendre la mesure de la situation pour régler le problème, le ministre de l’Administration territoriale de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi préfère se compromettre dans des manœuvres révoltantes.

 Selon nos informations, la proposition de la rédaction d’une charte par la population de Tchoré afin de permettre le retour de leur chef destitué, le sieur Atcham Mègou Yakita Alida Raphaël a été battu en brèche. La population de Tchoré, dans une lettre en date du 17 aout 2020, signée par le comité des sages, le comité des femmes, Six (6) chefs de villages, 5 CDV, les cadres de Tchoré à Tchoré ont manifesté un refus catégorique pour la rédaction de ladite charte. « La rédaction de la charte ne changera en rien en ce Monsieur et  les torts et dégâts causés à la population ne vont jamais être réparés », ont-ils fait savoir.

Les populations du canton, dans plusieurs de leurs correspondances adressées au préfet, au ministre de ministre l’Administration territoriale de la Décentralisation et des Collectivités locales, au coordonnateur préfectoral et au coordonnateur communal, se sont catégoriquement opposés au retour au trône du chef Atcham Mégou à Tchoré. « Ce monsieur a été très dangereux et nuisible pour la localité. La preuve est que certains de nos frères sont morts et d’autres paralysés, à cause de lui. Quel mal n’a-t-il pas causé dans ce canton ? Lorsqu’il a pris le trône, tous les vieux qui faisaient notre bonheur et notre honneur sont tous morts. Il divise les clans et les prépare à la guerre », ont déclaré les cadres du Canton, dans une lettre adressée au préfet de la localité, le 08 juillet 2019. « Il vole les biens publics. Il fait emprisonner les fils de Tchoré sans pitié. Il est en complicité avec les scieurs pour abattre anarchiquement les arbres parmi lesquels, certains sont porteurs de protection et de bonheur (arbres fétiches) sans l’avis des propriétaires terriens et vend des agrumes pour son compte », précisent-ils dans la note.

En effet, selon la population, Atcham Mégou draine derrière lui plusieurs chefs d’accusations qui ne font pas de lui un chef censé diriger le canton de Tchoré pour un meilleur vivre ensemble des filles et fils de la localité.

Il est accusé de ne pas être un rassembleur, d’inciter à la haine clanique, de maudire les fils de Tchoré et d’être contre les intérêts de la population. On lui reproche également d’avoir déclaré que tant qu’il serait au trône, aucun fils de Tchoré n’émergerait.

D’après certaines sources, le député de la zone, Tetou Terou, dont le vote de la population de Tchoré, a contribué à faire de lui un député, milite dans les coulisses pour le retour du chef contesté par la majorité de la population. Celui-ci était parmi la délégation qui était allé rencontrer la population de Tchoré à Ayiga. Il était témoin oculaire de la réaction de la population qui aurait marqué son refus de ne plus voir Atcham Megou et qui aurait révélé tout le mal et le calvaire qu’il leur a fait subir des années durant. Mais contre tous ces faits dont il est témoin, il persiste à vouloir imposer aux populations « un chef malhonnête, traitre, diffamateur qui les maltraite, qui tue mystiquement et ne veut pas l’évolution de la population ».

Pour rappel, les sages de Tchoré ont déjà choisi une régente selon les us et coutumes de Tchoré pour apporter la paix et éviter le bain de sang. Cependant, on accuse un fils de Tchoré, Kpakpao Adja, acolyte de l’ex-chef Atcham et enseignant de son état d’avoir écrit une lettre au nom de la population pour réclamer le retour de l’ex-chef Atcham. Chose que la population de Tchoré n’a jamais demandé. Pour preuve, dans leur lettre adressée au Ministre de l’administration territoriale, le 17 août 2020, les populations ont été formelles : « Ni le comité des sages, les chefs de villages, le comité des femmes et la population n’ont écrit une lettre et signé pour demander le retour de M. Atcham ».

Les populations de Tchoré, à travers leurs sages, attirent par ailleurs, l’attention des autorités sur le danger qu’entrainerait le fait de vouloir par tout moyen, imposer Atcham comme chef au canton de Tchoré. « Vu ses actes contraires au vivre ensemble de la population, nous disons non au retour de ce monsieur car il a trop causé de victimes dans le canton », persistent-elles.

P.C / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 89 = 95