Drame de Mango : CAP2015 appelle à une marche de soutien aux victimes le 21 novembre prochain


manif_cap2015_3


Le drame qui s’est produit à Mango (Nord du Togo) les 6 et 7 novembre derniers, et qui a fait cinq (5) morts, continue de faire réagir l’opinion publique et les partis politiques de l’opposition.
 
Pour compatir à la douleur des familles victimes de ce drame et les soutenir, le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP2015) appelle les populations de quatre (4) villes du Togo notamment Lomé, Atakpamé, Sokodé et Mango à une marche de protestation et de soutien le samedi 21 novembre prochain. L’annonce a été faite ce jeudi au cours d’une conférence de presse animée par les responsables de cette coalition de partis politiques de l’opposition à Lomé.
 
« CAP2015 a jugé indispensable, absolument indispensable d’organiser une marche de protestation et nous avons pensé que devant ce qui s’est passé dans l’Oti et qui est inacceptable, nous ne pouvons pas rester inactif. Ce qui s’est passé ne peut pas nous laisser indifférents. Nous voulons protester pour qu’on nous raconte dans quelle circonstance les habitations des populations ont été détruites, les êtres humains ont été chassés, tout simplement parce qu’on veut restaurer un projet », a déclaré la présidente du CAP2015, Brigitte Adjamagbo-Johnson.
 
En prélude à cette marche de protestation et de soutien aux familles des victimes, le regroupement de celui qui est sorti deuxième (2) du scrutin présidentiel du 25 avril dernier, Jean-Pierre Fabre, a dépêché une mission de soutien et d’information de trois (3) jours sur les localités touchées par le drame.
 
« La délégation a appris que le 23 mai dernier, toujours dans le cadre du projet d’installation des aires protégées, le ministère de l’Environnement et des ressources forestières, par une opération de déguerpissement de la population dans la ville de Maboulkou dans le canton de Sadiégou, les militaires ont détruits et incendier des habitations, des greniers, des bétails et brûler des documents administratifs des habitants. Ce sont ces choses qui ont créé des traumatismes chez les habitants qui sont à l’origine du drame de Mango », a laissé entendre le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre.
 
Pour ce regroupement politique, les explications données par le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Colonel Yark Damehame et son collègue de l’Environnement et des ressources forestières, André Johnson sont « une tentative de camouflage de la vérité », plutôt qu’ « une volonté de tromper l’opinion », car dit-il, « personne n’a compris comment des balles tirées en l’air, sont retombées pour tuer des gens ».
 
Pour rappel, au lendemain du drame, le groupe parlementaire ANC a adressé une lettre au Premier ministre, Komi Sélom Klassou, pour que les ministres concernés par cette affaire viennent s’expliquer devant les élus du peuple.
 
Cette manifestation organisée par le CAP 2015, prouve à suffisance que les deux (2) ministres n’ont pas pu convaincre les députés initiateurs de la question orale.
 
Le CAP 2015 est constitué de quatre (4) partis politiques de l’opposition togolaise, à savoir l’ANC, la Convention démocratique des peuples africains (CDPA), le Pacte socialiste pour le renouveau (PSR) et l’Union des démocrates socialistes du Togo (UDS-Togo).
 
Mathurin A.
 
source : afreepress