Accueil ECONOMIE Encore un camouflet pour Faure Gnassingbé, la Cour de Justice de la...

Encore un camouflet pour Faure Gnassingbé, la Cour de Justice de la CEDEAO vient de condamner l’Etat togolais dans l’affaire Agba Bertin

- Advertisement -
agba_bertin_500

 
C’est avec un sourire que ceux qui connaissent bien le dossier Agba Bertin peuvent lire les diatribes de ses détracteurs sur les réseaux sociaux et sur le site officiel où cet homme d’affaires togolais est qualifié de tous les noms d’oiseaux.
 
Il est vilipendé à tel point que l’on se demande si Agba Bertin n’est pas finalement un monstre, un diable incarné qui ne fait que nuire au Togo et aux togolais.
 
Dieu merci. Il y a encore dans le monde, des esprits avisés, des esprits de droit qui ont la lucidité et le savoir-faire nécessaires pour dire le droit.
 
Et bien au-delà des gesticulations puériles des « ventrocrates » de la République, la Cour de Justice de la CEDEAO vient de dire le droit dans l’affaire qui opposait Agba Bertin à l’Etat togolais.
 
Que les togolais se souviennent du refus par le palais de la Marina d’exécuter un arrêt de la Cour Suprême du Togo, rendu le 20 juin 2012 et ordonnant clairement la libération provisoire de Agba Bertin détenu depuis près de deux ans sans jugement.
 
Cette attitude de gangstérisme avait été décriée de par le monde et principalement par les avocats de la victime. Mais rien n’avait été fait, nos dirigeants, les cœurs endurcis avaient fait le pari naïf de défier la plus haute juridiction de notre pays.
 
Aujourd’hui, l’histoire les rattrape. La Cour de justice de la CEDEAO saisie par les conseils de Agba Bertin, vient de rendre son arrêt dans lequel elle relève un grave « préjudice moral » et une « détention arbitraire » de ce dernier.
 
La Cour demande par conséquent à l’Etat togolais de payer une amende de 8 millions de fcfa à Agba Bertin pour le tort qui lui a été causé…..Qui dit mieux ?
 
Qu’est-ce qui faisait courir les détracteurs de Agba Bertin ?
 
En effet, c’est de l’euphémisme que de dire qu’au Togo, les gens agissent comme des délinquants qui n’ont aucune notion de droit, encore moins des droits de l’homme.
 
Ils agissent malheureusement comme si le monde s’arrêtait à leur environnement immédiat.
 
De quel argument l’Etat togolais pouvait disposer pour expliquer la détention de Agba Bertin en prison dès lors qu’il bénéficie d’une ordonnance de mise en liberté signée du président de la chambre judiciaire de la Cour Suprême ?
 
C’est dommage que les gens au Togo n’aient toujours pas compris que c’est avec la tête qu’un pays se dirige. Les muscles, la brutalité, la rudesse et autres méthodes primaires de gouvernance appartiennent à des siècles passés, un peu trop désuets pour être de mise aujourd’hui surtout dans un Etat qui se dit démocratique.
 
Où nos dirigeants comptent vraiment aller avec ces méthodes grossières de gérer les hommes ? Comment peuvent-ils se complaire dans la torture qui est un crime imprescriptible de par le monde ?
 
Pour rappel, Agba Sow Berin avait été interpellé en mars 2011 par les agents de l’ANR sous le prétexte fallacieux d’une affaire d’escroquerie internationale où un sulfureux homme d’affaires émirati se dit victime d’une arnaque à la nigériane et dont l’un des cerveaux serait Agba Bertin.
 
Sur cette base donc, ce riche homme d’affaires avait subi toutes les humiliations possibles à l’agence nationale de renseignement où il lui a été demandé de tout faire pour impliquer Pascal Bodjona, à l’époque l’homme à tout faire de Faure Gnassingbé.
 
Devant son refus de s’exécuter, il a été victime d’un traitement plutôt animal. Il sera ensuite déposé à la prison civile de Tsévié pendant plus de deux ans avant de recouvrer sa liberté après plusieurs pressions des institutions onusiennes de défense des droits de l’homme.
 
Comment des êtres humains dotés de raison peuvent-ils se montrer aussi cruels et blasés ?
 
Tout compte fait, l’escroquerie en elle-même n’est rien d’autre qu’un délit de droit commun. Assez moindre par rapport aux crimes économiques, aux tortures, aux tueries qui sont légion dans notre pays et qui affectent sérieusement le quotidien des togolais.
 
Pour autant, même si par extraordinaire, il était prouvé que Agba Bertin s’était réellement rendu coupable d’un tel délit de droit commun, cela constituerait-il une raison pour lui faire subir de telles affres ?
 
Que nos dirigeants fassent l’effort de se donner un visage un peu humain et décent. Cela vaudra bien pour eux que pour l’ensemble des togolais.
 
source : togoinfos
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 5 = 2

LES + LUS

Togo : La Théâtralisation de la République

Jouissance maladive du pouvoir, chaque jour est une humiliation pour Faure Gnassingbé Ils sont...

Togo : Togocel, un Réseau de Merde à la Limite de l’Escroquerie. Tel Pays, Telle Société d’État !

Le Réseau Togo Cellulaire, c’est la cynique histoire entre une société de téléphonie mobile et une population...

Togo, Malversations à l’INAM : Fragrant délit pour Myriam Dossou?

Myriam Dossou d’Almeida est Directrice Générale de l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) depuis 2012 Lorsqu’un pays...

Présidentielle 2020: Faure « ne peut plus briguer un 4e mandat présidentiel, sans créer un climat de tensions sociopolitiques », avertit Fabre

M.Fabre à l'ouverture du congrès. Le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé « ne peut plus briguer...

Togo, Prostitution : Le mode opératoire des proxénètes de Bar à Lomé

Le phénomène de la prostitution à Lomé se repend du centre-ville aux quartiers périphériques où les bars...