Epé-Ekpé sur fond de division : une princesse appelle Faure Gnassingbé à intervenir

image_pdfimage_print


Depuis la sortie médiatique de Gê Fioga Sêdégbé Foli-Bébé XV, le roi des Gê pour contester le comité d’organisation de la 355ème édition de la fête de la prise de la pierre sacrée, une guerre sans merci oppose Paméla Dédé Tetteviah, proche du roi et le camp de l’ancien directeur de cabinet du roi, Alleluia Messan Kangni.

Accusée d’être l’instigatrice de la sortie médiatique du roi des Gê, ‘la princesse des Lacs’ a vivement réagi ce jeudi en conférence de presse à Lomé contre ce qu’elle qualifie de calomnie contre sa personne. Elle dit n’être de près, ni de loin liée à ce pour quoi on l’accuse.

« On me reproche d’avoir dit au roi de faire la conférence de presse et que je suis en train de faire pression au roi. Lorsque le roi me fait appel, je ne peux pas refuser d’y aller parce que je fais partie du fief de cette autorité traditionnelle qu’est le roi des Gê », a-t-elle fait savoir à la presse.

Elle invite ceux qui l’accusent ‘injustement’ à réunir les preuves qui leur permettent de faire ces genres d’affirmation sur sa personne parce que ce qui les attend, c’est une poursuite judiciaire.

« Je ne me laisserai pas faire, je ne laisserai personne me diffamer. Si quelqu’un le fait, je ne lui apprends rien que nous sommes dans un Etat de droit. Nous irons en justice pour que justice soit faite. Je suis prête à les affronter tous, je n’ai peur de personne », a marqué Mme Tetteviah.

La princesse invite également ses frères et sœurs à éviter à tout prix la violence pour le bien et le développement de leur Glidji commun.

A l’origine de cette guerre fratricide, un comité d’organisation mis en place par Alleluia Messan Kangni, un directeur de cabinet royal que Foli-Bébé XV dit avoir démis de ses fonctions mais qui continue contre vents et marées à officier au nom du roi.

Sur cette question, Mme Tetteviah se prononce : « le roi ne met pas directement un comité en place mais il donne l’autorité à qui de droit pour ce faire. Et la personne à qui cette onction a été donnée, n’est pas la personne qui opère ».

Selon Pamela Dédé Tetteviah, cette affaire dépasse désormais toutes les autorités et il importe que le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé s’implique personnellement pour mettre les uns et les autres à leur place.
 
Global actu
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*