Evénement de Mango : le PCJV interpelle le chef de l’Etat


© togoactualite – Ça devrait être une des missions du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) : sonner le tocsin sur les dérives qui risquent de replonger dans les heures sombres de notre histoire. Mais il a préféré se positionner sur le terrain partisan. En choisissant de répondre à l’Alliance nationale pour le changement (ANC) sur un sujet de moindre importance gardant son mutisme là où il y a urgence ailleurs, le HCRRUN joue sa crédibilité.
 
victime_mango2


Et voilà que la Plateforme Citoyenne Justice et Vérité (PCJV) vient de lui voler la vedette en saisissant par courrier le chef de l’Etat Faure Gnassingbé au sujet des événements de Mango.
Depuis six mois la ville la ville de Mango est en proue en de violentes manifestations-répressions des forces de l’ordre au sujet de la mise en œuvre des aires protégées.
 
« Cette situation, au lieu d’encourager les filles et les fils du Togo à oublier le passé et se tourner ensemble vers l’avenir, constitue plutôt un frein au processus de réconciliation que vous avez lancé depuis 2009 », écrit Mme Mme WILSON-AJAVON Kokoé Phanie dans la correspondance adressée à Faure Gnassingbé.
Le PCJV demande au chef de l’Etat en tant garant des institutions de la République d’œuvrer pour que revienne très rapidement et définitivement le calme à Mango.
 
Au HCRRUN, il lui demande de se charger officiellement de la création d’un cadre de concertation entre le gouvernement et les autorités communautaires, les chefs traditionnels de Mango et les jeunes. Et la libération des jeunes qui sont toujours en prison, et que les dépouilles à la morgue soient restituées à leurs familles pour inhumation.
 
Lire l’intégralité de la lettre de PCJV au chef de l’Etat
 
LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
 

Lomé le 27 Mai 2016

La présidente
 
A
Son Excellence,
Monsieur le Président de la République Togolaise
Lomé Togo
 
Objet : Les évènements de Mango compromettent le processus de réconciliation Nationale
 
Excellence Monsieur le Président de la République,
 
La Plateforme Citoyenne Justice et Vérité (PCJV) constate que, depuis le 06 novembre 2015, la ville de Mango est confrontée à une grave crise qui, aujourd’hui, remet sans nul doute en cause le processus de réconciliation à l’ordre du jour depuis 2009. Processus en lequel, tout le peuple togolais avait placé un grand espoir surtout avec la publication du volume I du rapport final le 03 avril 2012, par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR).
 
En effet, comme vous le savez, la mise en œuvre du projet de renforcement du rôle de conservation du système National d’Aires Protégées du Togo (PRAPT), dans la préfecture de l’OTI, n’avait pas rencontré l’adhésion des populations de Mango. Ces dernières, compte tenu du passé douloureux qu’elles ont vécu par rapport à ce projet, se sont constituées en association dénommée « One Bloc » pour s’opposer à la mise en œuvre dudit projet les 06, 07 et 26 novembre 2015, ce qui a entrainé des pertes en vies humaines. Après la suspension du projet et la nomination d’un nouveau président de délégation spéciale dans la localité, nous avons espéré que le calme y revienne ; mais force est de constater, que la situation est toujours crispée et délétère cinq (05) mois après les premières manifestations. Outre cette situation, nous avons le regret de constater que les jeunes arrêtés au cours des manifestations sont encore à la prison civile de Mango, les corps des citoyens décédés demeurent toujours à la morgue de Dapaong et aujourd’hui nous comptons des exilés.
La gestion de cette crise inquiète la Plateforme car cette situation, au lieu d’encourager les filles et les fils du Togo à oublier le passé et se tourner ensemble vers l’avenir, constitue plutôt un frein au processus de réconciliation que vous avez lancé depuis 2009 ; les recommandations faites par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) tardent ainsi à être mises en œuvre par le Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN).
 
Excellence Monsieur le Président,
 
Comme vous n’en doutez pas, la mise en œuvre de ces recommandations va, à coup sûr, contribuer à la construction d’un climat sociopolitique paisible et à l’enracinement d’un mieux vivre ensemble entre les togolaises et togolais. Or, au moment où le HCRRUN s’apprête à lancer ses actions de mobilisation de l’opinion et le programme de réparation après la validation de son plan stratégique, nous assistons avec indignation aux évènements malheureux de Mango qui nous montrent que l’édifice de la paix est encore très fragile dans notre pays.
 
Permettez-nous de vous rappeler certains de vos engagements de Président de la République qui nous avaient rassurés :
• Lors de la campagne électorale en avril 2015, vous avez déclaré : que « j’ai une vision ambitieuse du Togo, moderne, prospère, confiant dans son potentiel d’avenir, ouvert sur le monde » et vous avez même ajouté : « je veux un Togo de concorde où règne la paix des cœurs, des esprits, des pensées, des actions, des paroles et des écrits». Cet engagement se trouve sérieusement ébranlé par le sang des togolais versé à Mango. Comme vous le savez, aucun développement n’est possible sans la paix et la cohésion sociale. Notre espoir est que cet engagement ne demeure point lettre morte mais qu’il se traduise en actes concrets pour le bien de notre pays.
• Par votre discours à la Nation le 03 janvier 2016, vous avez affirmé relativement aux troubles de Mango : « … au delà des actions pour apaiser les tensions, nous ne pouvons et ne devons tolérer que de telles situations se reproduisent. J’en appelle à la responsabilité de chacun à quelque niveau que ce soit. Je demande plus de professionnalisme aux forces de sécurité dans la gestion de ces situations, en même temps que j’en appelle au sens du civisme et de la mesure des populations ».
Excellence Monsieur le Président,
 
Nous sollicitons très respectueusement votre implication personnelle dans cette affaire pour ramener la paix à Mango.
 
Nous ne vous apprenons rien en rappelant que pour construire le futur, il faut non seulement solder le passé, mais aussi et surtout maintenir les acquis du présent. Les victimes qui résultent de l’opérationnalisation de ce projet qui, en soi, reste louable, viennent mettre à mal le climat nécessaire au succès de la mission du HCRRUN, que tout le peuple togolais attend avec une grande impatience.
 
Depuis 2009 vous avez fait le choix d’engager le pays dans un processus de justice transitionnelle avec, pour mission, de créer des conditions nécessaires pour réconcilier les populations togolaises pour ne plus vivre les périodes sombres que notre pays a connues. Pour aboutir à une réconciliation véritable et durable, le Togo se doit de créer des conditions indispensables pour la mise en œuvre des 68 recommandations formulées par la CVJR, il y a déjà 3 ans, et de prendre des dispositions pour que les violences et violations de droits de l’homme qui ont amené à la création de la CVJR ne se répètent plus.
 
Faire le choix de la justice transitionnelle, c’est accepter de mettre en œuvre les quatre axes dudit processus notamment : le droit de savoir, le droit à la justice, le droit à la réparation et la garantie de non répétition. Garantir la non répétition des actes de violation de droits de l’Homme est primordiale, pour la réussite de la justice transitionnelle, d’autant plus que le HCRRUN n’intervient que sur les violences et violations commises entre 1958 et 2005. Ce qui n’est pas le cas des évènements de Mango, car aujourd’hui des citoyens togolais sont obligés de s’exiler afin de vivre dans la quiétude et la sécurité. Cette situation ne peut pas favoriser l’élan vers une réconciliation sincère et durable comme le souhaitent les filles et fils de notre pays. Or il vous souvient que, déjà en début d’année 2015, les évènements de Gléi semblaient donner raison à ceux qui doutent de votre réelle volonté à conduire ce processus à une fin heureuse. C’est pourquoi la Plateforme Citoyenne Justice et Vérité, qui s’est engagée depuis la création de la CVJR, à accompagner ce processus en vue de son aboutissement positif, est très préoccupée par les tendances actuelles qui rappellent malheureusement les années sombres écoulées.
Face à cette situation périlleuse, pour le processus de réconciliation nationale au Togo au moment où les blessures sont encore visibles aux yeux des citoyens, la Plateforme citoyenne Justice et Vérité vous invite respectueusement, à vous souvenir de vos propos lors de la remise du rapport de la CVJR. A cette occasion, où vous avez déclaré : « …Mais, j’ai la ferme conviction que le processus enclenché n’a de réelle chance d’atteindre l’objectif d’apaisement, de réconciliation et de paix que s’il s’accompagne de réformes institutionnelles et sécuritaires renforçant les garanties de non-répétition des violences, des atteintes aux droits de l’homme du passé, à l’intégrité physique et à la dignité des personnes ». Elle vous exhorte à prendre diligemment avec toute l’autorité de l’institution que vous incarnez, Excellence Monsieur le Président de la République, des décisions fermes pour que :
• Le calme revienne très rapidement et définitivement à Mango ;
• Le HCRRUN se charge officiellement de la création d’un cadre de concertation entre le gouvernement et les autorités communautaires, les chefs traditionnels de Mango et les jeunes;
• Les jeunes qui sont toujours en prison, soient relâchés et que les dépouilles à la morgue soient restituées à leurs familles pour inhumation.
 
Sachant pouvoir compter sur la bienveillante oreille que vous avez su, lui accorder dans un passé récent, la PCJV, voudrait une fois encore faire confiance à votre ferme engagement à réconcilier les filles et les fils du Togo et à bâtir un Etat démocratique, moderne, prospère et solide où règne la paix sociale, qui passe par la paix des cœurs, esprits et pensées des citoyens.
 
La Plateforme Citoyenne Justice et Vérité reste confiante que vous saurez agir promptement pour mettre fin à cette situation qui constitue un blocage pour la réussite du processus de réconciliation au Togo et vous en félicite vivement d’avance. Elle reste disponible à accompagner le gouvernement et le HCRRUN pour une réconciliation véritable et durable des filles et fils du Togo.
 

Mme WILSON-AJAVON Kokoé Phanie

 
Ampliation :
– Président de l’Assemblée Nationale
– Premier Ministre
– Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN)
– Président de la CNDH
– Délégation de l’Union Européenne au Togo,
– Programme des Nations Unies pour le Développement,
– Ambassades et Représentations diplomatiques
– Médias
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils