Faure Gnassingbé et son rythme : Ce qu’en pensent certains Togolais

0
1045

Le président de la République togolaise aux commandes du pays, il y a plus d’une quinzaine d’années, peine à habituer ses compatriotes à son rythme, son mode, son fonctionnement bref, à sa façon toute particulière à lui de gérer certains dossiers de la République. Nous avons tenté d’avoir les avis de certains Togolais qui ont des points de vue qui divergent sur le sujet. Ceux qui comprennent la méthode de Faure et ceux qui ne la comprennent pas et éventuellement, les trois principales raisons qui sousentendent leurs argumentations.

Ceux qui comprennent la méthode Faure

Cette catégorie estime que le Président de la République s’est affranchi de toute tutelle et qu’il est le maître absolu de la situation. Ils estiment d’ailleurs que c’est la marque des grands dirigeants qui n’aiment pas fonctionner sous pression. Faure ne devrait passe signaler là où on l’attend le plus. Après plus d’une quinzaine d’années de gestion des affaires de la cité, certains estiment que le président togolais a connu beaucoup de situations qu’il a su gérer avec ce rythme qu’il n’entend pas se départir d’une méthode qui lui réussit bien. Toutes les pesanteurs ont été maîtrisées et que le 1er des Togolais est le seul maître à bord du navire, décidant du cap à donner pour arriver à la destination qu’il souhaite bonne et sûre pour le pays. On n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace et de ce point de vue, Faure Gnassingbé a son agenda et sait comment dérouler pour honorer ses engagements. Voilà comment des compatriotes ne se laissent point envahir par le doute sur la méthode de leur président.

Ceux qui ne le comprennent pas

 Le Président de la République, pour cette catégorie de Togolais a cette déconcertante manière de s’amuser avec les nerfs des Togolais. Ils trouvent Faure tatillon, hésitant à réagir sur certains sujets qui demandent des réponses fortes et qui s’inscrivent dans une échéance réduite. Le rythme du Président de la République participe de cette logique de suffisance, d’une suicidaire témérité car s’est souvent risqué de remettre à demain ce qu’on peut faire à l’instant présent. «Nous vivons depuis avril 2005, ce rythme de lenteur, de froideur pour autant, nous nous y habituons difficilement» s’est emporté un compatriote qui, semble à bout de ses nerfs. La gestion de la pandémie du Covid-19 est aujourd’hui, l’alibi mis au-devant pour justifier ce que le Président Faure a toujours fait en temps normal. On bat le fer quand il est chaud, le laisser refroidir sans réussir à lui donner la forme souhaitée peut s’avérer un exercice difficile par après. Le Président de la République, est sous l’emprise des réseaux multiformes qui le lient et retardent certaines de ses prises de décisions quand on s’y attend. Les points de vue qui doivent être pris en compte sont aux antipodes de la logique du Président de la République. Rien ne peut faire bouger les lignes en dehors de la volonté du premier décideur lui-même. Au regard de ces positions qui se repoussent, il y a des enseignements à tirer que voici.

La sérénité

Le Président de la République par sa méthode, son rythme propre à lui veut montrer à une certaine opinion qu’il est serein, il n’y a pas péril en la demeure et tout est sous contrôle. De toute façon, c’est cette méthode qui a toujours marqué les quinquennats antérieurs, pourquoi, changer quelque chose qui a toujours porté bonheur ? Les chiens peuvent aboyer autant qu’ils pourront mais le rythme, l’allure de la caravane ne va pas changer. La sérénité se fait sentir sur la gestion des affaires de l’Etat, tous les dossiers se gèrent au mieux avec des résultats probants.

Sous l’emprise des réseaux

A chaque Togolais, son appréhension de la méthode du «Chef». Pour nos compatriotes qui n’ont pas encore réussi à intégrer cela en eux, estiment que le Président de la République n’est pas le seul maître à bord. Les réseaux sont nombreux et denses et il n’y a pas cette fluidité dans le mécanisme, car des grains de sables calent la machine. Il faut des interminables consultations, chacun à son mot à placer. Le fonctionnement devient lourd et ce qui devrait tourner sans difficulté devient un sujet soumis à toutes les contorsions. Les barons, l’armée, les partis alliés, les pesanteurs socio-politiques sont autant de paramètres à gérer pour ne pas frustrer. Faure doit opérer comme s’il marche sur des œufs, ménager toutes les susceptibilités. Quelle est alors la marge de manœuvre du Président de la République ? Peut-être taper sur la table en dernier ressort pour discipliner toutes les chapelles du pays qui à un moment de part leurs différentes actions conjuguées tirent le pays vers le bas et l’action du Président Faure avec.

T.M.H

Source : Courrier de la République N°555 du 08 Juin 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

80 − = 76