La C14 dévoile enfin sa stratégie pour empêcher les élections du 20 décembre 2018

    0
    309


    « Nous allons utiliser les moyens dont nous disposions pour empĂŞcher les Ă©lections lĂ©gislatives du 20 dĂ©cembre ». C’est l’engagement pris ce mercredi par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition lors d’une confĂ©rence de presse tenue Ă  LomĂ©.

    Le regroupement des 14 partis politiques de l’opposition a profitĂ© de cette sortie pour rendre publique une sĂ©rie d’activitĂ©s qu’il compte organiser et qui vont meubler tout le mois de dĂ©cembre. L’objectif, ont fait savoir ses leaders, est « d’empĂŞcher la tenue des lĂ©gislatives ».

    « Les élections prévues le 20 décembre constituent un grave danger pour le Togo. Elles ne doivent pas voir lieu. En conséquence, la coalition invite les corps organisés et toute la population togolaise à manifester de la meilleure manière possible leur rejet du coup de force électoral en cours », indique la Coalition dans une déclaration liminaire.

    La stratĂ©gie adoptĂ©e cette fois-ci, est la multiplication des manifestations de rue et des manifestations synchronisĂ©es. Cette sĂ©rie de manifestations va dĂ©buter le 6 dĂ©cembre 2018 par une caravane de sensibilisation qui va sillonner les rues de LomĂ© et des autres villes de l’intĂ©rieur du pays. Des prières musulmanes vont prĂ©cĂ©der cette caravane et auront lieu vendredi 7 dĂ©cembre 2018. Des manifestations synchronisĂ©es prendront la relève les 8, 10, 11, 12, 13 et 14, 15, 16, 17 et 18 dĂ©cembre 2018 Ă  LomĂ© et sur l’ensemble du territoire national.

    La coalition prĂ©vient par ailleurs le gouvernement contre l’usage de la force et prĂ©sente ses manifestations comme des dĂ©monstrations pacifiques. « Ce que le rĂ©gime veut, c’est la confrontation. Mais nous n’irons pas sur ce terrain. Nous appelons Ă  des manifestations pacifiques. Mais si le pouvoir opte pour la violence il aura des consĂ©quences cette fois-ci. Le rĂ©gime sera vu par les yeux du monde », a insistĂ© Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la C14.

    Elle a pour finir, appelé les facilitateurs et la CEDEAO à prendre leurs responsabilités pour « éviter » aux populations togolaises des « violences » et « massacres » que peut engendrer ce qu’elle qualifie de « simulacre » d’élection en cours.

    Raphaël A.
     
    source : afreepress
     

    Laisser un commentaire