Le gouvernement rêve d’une autre ville de Lomé

projet_lome


Des ministres du gouvernement, des chefs religieux et traditionnels, des représentants des organisations de la société civile et des membres des comités de développement des quartiers ont appelé mercredi la population de la ville de Lomé et ses environs à adopter un changement de comportement à lutter contre la situation d’insalubrité qui sévit dans la ville.

Cet appel a été lancé à la population au cours d’une réunion d’information et de sensibilisation sur la salubrité et la qualité de l’environnement, une réunion présidée par le ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Gilbert Bawara.

« Le constat est tout simplement alarmant. 20 % des concessions de Lomé et de ses environs n’ont pas de latrines, 40 % n’ont pas de douches et 60 % n’ont pas de puisards », a relevé le président de la délégation spéciale de la commune de Lomé, le Contre-amiral Fogan Adégnon.

« L’heure n’est plus au discours », a martelé pour sa part M. Bawara qui préconise un « changement de comportement » et une « prise de conscience » des populations pour redonner à la ville de Lomé son lustre d’antan. « Dans cette lutte, nous avons besoin aussi bien des représentants de l’administration publique, des chefs traditionnels et religieux, des membres des comités de développement du quartier que des professionnels des médias », a-t-il fait savoir.

Selon celui-ci, beaucoup d’investissements ont été consentis pour l’assainissement de la ville de Lomé, mais n’ont pas encore eu d’effets à cause, a-t-il relevé, des « comportements » des habitants de Lomé.

Le projet du « Grand Lomé » chiffré à 177 milliards de Fcfa prévoit la restructuration et la rénovation du centre ville, le traitement des quartiers inondables, la construction d’équipements publics, d’immeubles de bureaux et d’habitations.

Telli K.
 
afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *