Le Gouvernement togolais exporte plus de 1600 tonnes de maïs alors que sur le territoire national la population crève de faim

1
446

famine


Les togolais tirent le diable par la queue, ce n’est un secret pour personne. Et d’ailleurs, diverses enquêtes sur le bonheur place notre pays en queue de peloton.
 
Selon d’autres enquêtes, la majorité de togolais vivent avec moins d’un dollar par jour et pourtant ce n’est pas les ressources qui manquent dans ce pays. Il suffirait d’une juste répartition. D’ailleurs, le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, a lui-même confirmé ces chiffres en déclarant qu’une minorité s’accapare des richesses du pays.
 
Mais la dernière trouvaille des autorités de ce pays est d’affamer les populations togolaises.
Comment cela pouvait en être autrement quand le bol de maïs se vend à 500 F sur les marchés togolais en temps théoriquement dit d’abondance. On peut imaginer aisément ce qu’il adviendra au moment de soudure.
Malgré cela, les autorités togolaises ont vendu cette semaine plus de 1600 tonnes de maïs blanc au Programme d’alimentation mondial.
 
Alors qu’au même moment, il est interdit aux commerçants togolais de faire sortir du territoire national des produits vivriers. Mais le gouvernement n’a cure de cette interdit qu’il foule au pied.
On se rappelle qu’il y a quelques années une guerre avait opposé des commerçants à l’ANSAT (Agence nationale pour la sécurité alimentaire du Togo) dirigée à l’époque par l’actuel ministre de l’Agriculture, le Colonel Agadazi, un militaire qui se prend pour un agronome mais qui se tire profit au dos des pauvres paysans.
 
Au cours de cette années là, des quantités de maïs avaient été arraisonnées à ces commerçants dont le seul tort est d’avoir voulu les exporter dans les pays voisins. Mais aujourd’hui, c’est le gouvernement qui cela coule douce sous les dos du pays togolais qui ont cultivé les champs. Ces paysans ne profiteront jamais du fruit de leur labeur. Mais Agadazi qui n’a pas cultivé et dont on ignore s’il a une fois tenu une houe qui va ramasser l’argent de la vente de ces produits vivriers pendant ce temps les pauvres paysans peuvent mourir de faim.
 
Comme pour narguer le peuple togolais et surcroit les cultivateurs, le ministre AGADAZI de l’agriculture dira « le gouvernement rassure le PAM de sa collaboration pour résoudre les crises alimentaires dans la sous région et dans le monde ».
 
Pendant ce temps, la population togolaise peut mourir de faim. Ainsi soit-il tant que nos autorités trouveront leur compte.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

77 + = 85