LE TRIBALISME QUI SOUILLE LA PRIMATURE COMME INSTITUTION AU TOGO

0
1149

Au Togo, sévit un tribalisme politique depuis l’avènement du régime militaire d’Eyadema. Ce tribalisme politique qui ne doit, en aucun cas, être confondu avec l’indexation d’une ethnie comme bouc émissaire, puisqu’il ne s’agit pas de la politique d’une ethnie, mais celle de quelques individus, a toujours été un solide frein à l’avènement d’une nation au Togo. La réalité première pour tous les Togolais, demeure l’ethnie et non la nation, puisque celle-ci n’existe pas.

Le tribalisme politique tel qu’il est pratiqué au Togo, tend à spécialiser des domaines de la République au profit de certaines ethnies comme un partage de butin. Pendant longtemps, la Régie des Eaux a été dirigée par les membres d’une même ethnie. Au sujet de l’armée, la Conférence nationale souveraine a dénoncé son accaparement politique par des membres d’une ethnie et exigé l’ouverture de son recrutement à toutes les ethnies pour en faire une armée républicaine à l’image de la population togolaise, puisque d’après les décomptes, en 1991, 80% de l’effectif appartenait à une seule ethnie et 50% de l’effectif de l’état-major aux ressortissants d’un même village, celui du dictateur Eyadema !

Depuis le début d’une tentative de démocratisation chaotique sabotée par le régime militaire, en 1991, tous les premiers ministres nommés par le clan Gnassingbé ont été choisis parmi les Ewe ou les peuples Ajatado du Sud du pays. Sur près d’une trentaine d’années, une dizaine d’individus sudistes, antidémocrates notoires, tous des incapables indécrottables, ont occupé ce poste, par ailleurs une coque vide, dans une dictature militaire cornaquée par un dictateur tout-puissant qui monopolise tous les pouvoirs d’État sans exception. La séparation constitutionnelle des pouvoirs est une fiction comique au Togo.

Pourquoi les dictateurs Gnassingbé, le père et le fils, n’ont-ils jamais nommé des Nordistes à la primature ? Pourquoi cette discrimination ? C’est choquant !

Il est facile de comprendre leurs motivations. Dès lors que le tribalisme est utilisé comme poison politique, il faut agiter une carotte au-dessus de la tête des autres pour calmer leurs frustrations. Des Sudistes civils, donc militairement inoffensifs, sont systématiquement nommés comme premiers ministres pour masquer la discrimination politique par rapport au vrai centre du pouvoir qu’est l’armée dans toute dictature militaire.

La nomination d’une femme pla-péda comme première ministre est un non-événement dans la mesure où la discrimination tribaliste n’a pas pris fin au niveau d’une institution de l’État. N’existe-t-il pas un seul Nordiste compétent parmi la chiée de politicards alimentaires qui gravitent autour de la mangeoire, sous le régime militaire des Gnassingbé, pour occuper ce poste ? Quel scandale !

J’exige, par conséquent, la démission immédiate et sans conditions de Victoire Tomégah-Dogbé, première ministre de Faure Gnassingbé, pour rompre le cycle infernal et inadmissible de la tribalisation de la primature au Togo.

Il fallait le dire.

Ayayi Togoata APEDO-AMAH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

89 − 80 =