Les écoles togolaises fermées jusqu’à nouvel ordre

Florent-Manganawe

Les portes des écoles togolaises sont de nouveau fermées à partir de ce mardi 05 novembre 2013. Telle est la solution trouvée par le gouvernement togolais contre la multiplication des mots d’ordre de grève trois semaines à peine après la rentrée. En décidant de fermer les écoles, le gouvernement togolais a décidé de débuter cette année académique là où elle la dernière s’est achevée.

 

On se rappelle qu’au cours de l’année scolaire écoulée, et à la suite des manifestations des élèves réclament le retour de leurs enseignants en grève, le gouvernement a cru devoir trouver la panacée dans la fermeture. Si la fermeture seule pouvait constituer la solution à la crise on n’en serait pas là. D’où il urge alors de trouver une fois de bon, de vrai solution à la crise scolaire et universitaire qui secoue de façon répétitive le Togo.

 

C’est en vain que le gouvernement cherchera à « préserver la sécurité des autres élèves, décide la fermeture jusqu’à nouvel ordre de tous les établissements scolaires tant publics que privés, de l’enseignement général et de l’enseignement technique » sans une solution à la racine du mal. Lire le communiqué du gouvernement fermant les écoles togolaises.

 

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

 

Dans le souci d’améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants, le gouvernement a mis en place depuis 2012 un Cadre Permanent de Concertation (CPC) au sein duquel toutes les fédérations des syndicats de l’enseignement sont représentées et où toutes les revendications sont discutées.
Alors que les discussions au sein de cette instance étaient focalisées sur l’élaboration de l’avant-projet de statut particulier des enseignants, les fédérations ont dans la foulée déposé le 25 septembre 2013, une nouvelle plateforme revendicative en huit (08) points déjà pris en compte dans le texte en cours d’élaboration.

 

Le gouvernement a aussitôt ouvert avec celles-ci, le 1er octobre 2013, des discussions qui se sont poursuivi les 07, 10, 14, 15 et 22 octobre 2013. A l’issue de ces discussions, le gouvernement, tout en réaffirmant sa volonté d’améliorer les conditions enseignantes, a proposé, compte tenu des contraintes budgétaires actuelles, l’allocation d’une prime globale unique dénommée, « prime d’incitation à la fonction enseignante » d’un montant annuel global de 3 284 520 000 F CFA pour l’année 2014. Cette prime est fixée comme suit :

 
–  10 000 F par mois soit 120 000 F par an pour les enseignants de la catégorie A
–  8 000 F par mois, soit 96 000 F par an pour les enseignants des catégorise B, C et D.
Cette proposition n’a pas retenu l’assentiment des fédérations qui ont réitéré leurs exigences pour la prime d’éloignement et la prime de logement. Les deux s’élevant à plus de 26 000 000 000F CFA par an.
Le mercredi 30 et le jeudi 31 octobre 2013, le gouvernement a informé à nouveau les fédérations qu’il ne lui était pas possible d’aller au-delà de son offre et les a invitées à l’accepter. Celles-ci sont restées intransigeantes et ont lancé sans préavis un nouveau mot d’ordre de grève pour les 4, 5 et 6 octobre 2013 reconductible dans laquelle elles indiquent les cours de cette période de grève sont considérés comme faits ; ce qui est de nature à inciter les élèves à des mouvements de rue similaires au récents événements qu’a connues la communauté éducative l’année écoulée.
 

Ce lundi 04 novembre 2013, le gouvernement, après avoir relevé les vices de procédures observés dans le lancement des mots d’ordre de grève dans le secteur, a une fois encore invité en vain les fédérations à reconsidérer leur position puis à lever leur mot d’ordre de grève afin de permettre une reprise normale des cours et à poursuivre des négociations.

 

Face à cette situation, le gouvernement, dans le souci de préserver la sécurité des autres élèves, décide la fermeture jusqu’à nouvel ordre de tous les établissements scolaires tant publics que privés, de l’enseignement général et de l’enseignement technique, pour compter du mardi 05 novembre 2013.

 

Le gouvernement tient à rassurer l’ensemble de la communauté éducative que toutes les dispositions seront prises afin les cours reprennent dans le meilleur délai.
Fait à Lomé le 04 novembre 2013

Le Gouvernement

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *