Manifestations : 4 décès (officiel), le général Yark Damehame appelle la jeunesse à la « retenue »

0
502


Quatre décès ont été enregistrés de samedi à lundi à Lomé et à Sokodé, suite aux manifestations à l’appel de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, pour exiger l’arrêt du processus électoral en vue des élections législatives du 20 décembre, a indiqué lundi soir le général Yark Damehame (ministre de la sécurité).

La coalition de l’opposition fait état de 6 morts dont 3 morts à Sokodé et de plusieurs blessés dont des cas graves.

Le gouvernement avait interdit ces manifestations, en évoquant le « risque très élevé de troubles graves à l’ordre public », la campagne électorale ayant démarré depuis le 4 décembre.

Selon le général Yark Damehame, deux décès ont été enregistrés à Lomé samedi : « Les deux décès ont été signalés par un témoin qui a appelé la gendarmerie de venir constater. Et selon ce témoin, il y a un véhicule 4×4 de couleur noir, sans plaque d’immatriculation qui a circulé dans le secteur. Et c’est après le passage de ce véhicule, que les deux corps ont été retrouvés ».

La radiologie a révélé que les deux corps portaient des billes, des calibres 12, utilisés aussi bien par les chausseurs que par nos compatriotes, a-t-il expliqué, ajoutant que des « investigations approfondies », sont actuellement menées.

Réagissant par rapport à une vidéo attribuant les deux décès de Lomé au chef d’Etat major, le ministre a répondu: « La sortie du chef d’Etat major pour vérifier l’efficacité du dispositif, n’a rien à voir avec les deux corps retrouvés ».

« Dimanche, un autre corps a été retrouvé à Sokodé. Ce lundi, on a découvert un mort, toujours par bille. On a enregistré trois blessés par bille. Nous devons ratisser large pour savoir celui qui est derrière ces acte », a-t-il martelé.

« Je voudrais dire à nos compatriotes que rien ne vaut la paix. Je voudrais aussi dire à nos politiciens qu’il ne sert à rien de faire sortir les jeunes dans la rue ».

« Quatre morts, c’est déjà trop pour notre pays. J’appelle la jeunesse à la retenue, j’appelle les politiciens à la responsabilité et j’appelle aussi les forces de sécurité à la vigilance et à ne pas céder à la provocation », a-t-il conclu.

En rappel, la campagne électorale pour les législatives du 20 décembre a démarré depuis le 4 décembre et prendra fin le 18 décembre. Les leaders des 14 partis politiques de la coalition de l’opposition n’ont pas présenté de listes pour ce scrutin, dénonçant des « irrégularités ». Ils exigent l’arrêt du processus électoral et la reprise de toutes les activités déjà menées par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). FIN

Junior AUREL
 
source : savoir news
 
[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=q8Br_A2MStY[/embedyt]  
[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=UQGGqb2TADo[/embedyt]  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 37 = 39