MMLK : Les soins des dirigeants africains à l’étranger, un autre facteur néfaste au développement du continent

image_pdfimage_print

source : Une vue du somptueux hôpital du roi Fayçal de Riyad où séjournerait Ali Bongo © 2018 D.R./Info241
En savoir plus sur http://info241.com/la-presidence-gabonaise-dement-la-mort-d-ali-bongo-mais,3966#pO45Sl2Zd6WF2iRh.99


Lomé , le 26 octobre 2018

LES SOINS DES DIRIGEANTS AFRICAINS A L’ETRANGER, UN AUTRE FACTEUR NEFASTE AU DEVELOPPEMENT DU CONTINENT !

Le Mouvement Martin Luther King – La Voix des Sans Voix, déplore l’évacuation de la majorité des dirigeants africains malades vers l’étranger pour subir des traitements médicaux après plus de 50 ans d’indépendance et considère ce fait comme un autre facteur néfaste au développement du continent.
C’est avec indignation et consternation que nous continuons par constater que régulièrement, les dirigeants africains, leurs proches et leurs familles dépensent d’énormes fonds du contribuable pour se faire soigner dans les hôpitaux occidentaux, asiatiques et américains. Alors que l’Afrique regorge des médecins réputés, diplômés des grandes universités et compétents dans toutes les spécialités (Médecins généralistes, cardiologues, neurologues, dentistes, chirurgiens, kinésithérapeutes, ophtalmologues, gynécologues, oto-rhino laryngologistes, etc.).

Malheureusement, le MMLK – La Voix des Sans Voix, regrette que ces compétences sont occultées et réduites à la médiocrité et à l’inexistence pour faute d’infrastructures et de matériels adéquats et performants aux normes et aux réalités de notre temps (prestation de services différents dans la même salle, matériels obsolètes, dès fois usagés et non conformes à la pointe de la technologie).

A ces conditions pitoyables et primitives de travail, s’ajoutent évidemment des conditions misérables de vie avec des salaires minables et maigres pour le personnel médical. Ce sont ces maux récurrents et identiques auxquels la médecine africaine est généralement confrontée, due à la mauvaise volonté de nos dirigeants.

Eu égard à ces facteurs défaillants, ces dirigeants préfèrent puiser dans les caisses publiques en débloquant des millions de francs pour aller se faire traiter à l’étranger.

Avec ces sommes d’argent astronomiques et faramineuses, les Etats africains ne font que contribuer à l’évolution et au développement des pays déjà développés, alors que le continent africain s’appauvrit, s’enlise et descend davantage dans les abimes du sous développement et de la paupérisation.
Le MMLK La Voix des Sans Voix, s’interroge sur l’utilité et la qualité des infrastructures sanitaires et médicales que les dirigeants africains clament construire, si eux-mêmes n’y sont jamais admis pour leurs soins ?

Ou alors, sont-elles réservées uniquement aux pauvres populations confirmant ainsi état défectueux de ces infrastructures souvent considérées comme des couloirs de la mort et creusant le fossé social entre eux et leurs peuples ?

Dans ce cas, c’est la politique de médiocrité, fondée sans doute sur la mauvaise gouvernance, la gabegie, la corruption et le détournement des deniers publics.

Car pour le MMLK – La Voix des Sans Voix, ces dépenses colossales occasionnées par ces soins médicaux à l’étranger pourraient servir à équiper et à moderniser les centres hospitaliers universitaires et régionaux (CHU / CHR) qui existent déjà, afin qu’ils puissent être plus opérationnels et compétitifs.

Le MMLK – La Voix des Sans Voix appelle les dirigeants africains à mettre un terme à des traitements médicaux à l’étranger en privilégiant les hôpitaux du continent qui ont besoin d’être équipés en personnel et en matériel.

Le Président,

Pasteur EDOH K.KOMI
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*